AVIVA Advertisement AVIVA
›  Note 

Une étude de l’EDHEC-Risk montre qu’en matière de Smart bêta, les risques peuvent être contrôlés, sans affecter la performance

Une nouvelle étude de l’institut EDHEC-Risk relative aux stratégies d’investissement passives et aux ETF montre qu’il est possible de concilier la performance du Smart bêta tout en contrôlant le niveau de risque...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Une nouvelle étude de l’institut EDHEC-Risk intitulé "Risk Allocation, Factor Investing and Smart Beta : Reconciling Innovations in Equity Portfolio Construction" réalisée dans le cadre de la chaire de recherche « Amundi ETF & Indexing » relative aux stratégies d’investissement passives et aux ETF montre qu’il est possible de concilier la performance du Smart bêta tout en contrôlant le niveau de risque.

Partant du constat que si la performance du Smart bêta provient d’une allocation cherchant à maximiser la performance ajustée du risque pour une exposition à un facteur donné, les chercheurs de l’EDHEC montrent que la mise en œuvre d’une solution de répartition des risques, visant une allocation efficace en Smart bêta, permet de respecter les contraintes de risque, en termes absolus et relatifs.

Deux principaux résultats peuvent être mis en évidence :

  • En termes relatifs, dans un portefeuille d’indices de Smart bêta, il est possible de réduire considérablement le « tracking error » et le « drawdown » relatif de cet investissement, grâce à des techniques robustes d’allocation des risques. En tant que tel, une contribution équivalente des risques ou une approche globale en termes de minimum variance donne un « tracking error » de l’ordre de 2,5% avec un « drawdown » relatif de 5%.
  • En termes absolus et dans le cadre d’une allocation « long-only », même si les indices investissables en Smart bêta, ne sont jamais « purs » sur une telle thématique, il est possible de respecter les contraintes de « risk parity ». Ce résultat signifie qu’il n’est pas nécessaire de se tourner vers des indices de facteurs long/short ou très concentrés - présentant des problèmes d’"investissabilité" et particulièrement peu diversifiés - afin d’atteindre les objectifs souhaités en matière d’exposition contrôlée aux facteurs de risque.

A propos de cette étude, Noël Amenc, directeur de l’institut EDHEC-Risk et directeur général de de ERI Scientific Beta, a déclaré : « Pour l’institut EDHEC-Risk, aujourd’hui le défi de l’investissement en Smart bêta n’est pas seulement de se prévaloir d’indices ayant des facteurs pertinents offrant une bonne performance corrigée du risque mais aussi d’allouer efficacement le risque à ces différents facteurs. Cette nouvelle publication montre comment cela peut être réalisé. »

Valérie Baudson, responsable mondial ETF & Indexing chez Amundi, déclare : « les investisseurs institutionnels manifestent un intérêt de plus en plus fort pour le Smart bêta intelligent, qui est un axe stratégique de développement chez Amundi. Nous sommes ravis de soutenir l’institut EDHEC-Risk, qui, avec ce nouveau document de recherche, fournit des éléments supplémentaires à destination des investisseurs afin d’optimiser la mise en œuvre de leurs stratégies en Smart bêta. »

Next Finance , Octobre 2014

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Voir en ligne : “Risk Allocation, Factor Investing and Smart Beta : Reconciling Innovations in Equity Portfolio Construction”

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés