AVIVA Advertisement AVIVA
›  Portrait 

L’amertume des salariés de Lehman

La faillite de Lehman a surpris ses salariés. A Londres comme à New York, ils ont dû faire leurs cartons dans la précipitation avant de quitter leur poste...

Edouard, jeune diplômé, embauché quelques semaines plutôt, débutait lundi matin sa première journée comme trader. Il n’a pas été gâté mais reste fataliste, « je pensais démarrer chez Lehman une longue success story sur les marchés, tout mon projet est remis en cause ».

D’autres, comme Gary, peste contre la direction et ne comprend pas comment une telle catastrophe a pu se produire, alors que le patron du groupe affirmait il y a quelques semaines que la banque disposait de suffisamment de liquidités pour faire face à ses échéances.

Samuel, lui, pense surtout à ses bonus et son épargne, investis en action Lehman, et qui ne valent plus rien aujourd’hui. « Dans une grande banque d’investissement, nous sommes conscients que nous pouvons perdre notre poste à tout moment, mais sûrement pas le bénéfice de nos bonus et de notre épargne ! ».

Mais parmi les plus à plaindre, figurent probablement Aziz et Zhang, qui possédaient un permis de travail pour exercer chez Lehman. Ils doivent rapidement trouver un autre employeur, faute de quoi, sans carte de travail, ils devront rentrer dans leur pays d’origine alors qu’ils touchaient de près au rêve de leur carrière professionnel, travailler sur les marchés à la city.

Le plus chanceux, c’est probablement Frédéric, ce trader a rejoint un fonds d’investissement il y a quelques semaines et en convient, « aujourd’hui, c’est un luxe d’avoir un salaire ! »

Yann Olivier , Septembre 2008

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

  • L’amertume des salariés de Lehman 17 septembre 2008  09:47, par jeannot [x-Autre]
    <p>on ne va qd mm pas pleurer sur leur sort&nbsp;; c est pas pire que les salariés de LU ou de HP qui se font virés sans esclandre en ce moment, et qui n’ont pas tjrs touché des salaires aussi élevés&nbsp;;</p>

    Répondre à ce message

  • L’amertume des salariés de Lehman 17 septembre 2008  10:01, par sam [Front-office]
    <p>Y a pas le feu, les meileurs trouveront tjrs une reconversion, la vie, et surtout les marchés, c’est la jungle&nbsp;; il faut le savoir...</p>

    Répondre à ce message

  • L’amertume des salariés de Lehman 17 septembre 2008  10:09, par Mamoud [Contrôle des risques / Métiers Supports]
    <p>je pense qu’il va falloir penser à la reconversion pour bcp de jeunes ambitieux avides de dollars&nbsp;; le robinet est fermé&nbsp;; en soi, c’est pas une mauvaise chose pour l’industrie qui va pouvoir récupérer une partie des talents qui l’avaient fui depuis plsrs années avec le boom de la finance.</p>

    Répondre à ce message

  • L’amertume des salariés de Lehman 17 septembre 2008  10:50, par Romuald [Front-office]
    <p>certains auront une chance d etre recasés chez Barclays, chaque salarié doit allumer un cierge (-&nbsp;:))</p>

    Répondre à ce message

  • L’amertume des salariés de Lehman 17 septembre 2008  14:02, par Phil [Hedge Funds]
    <p>c est a fin d un systeme, il faut passer au suivant, ce qui prévaudra, c est que les maîtres du jeu deviendront uniquement les hedge funds et les fonds de private equity. Plus de banque d’envergure sur les marchés&nbsp;!</p>

    Répondre à ce message

  • L’amertume des salariés de Lehman 18 septembre 2008  16:41, par Danger [Analyste quantitatif]
    <p>il est rassurant Samuel pour un mec qui travail sur les marchés... Il n’avait pas conscience qu’il pouvait perdre son épargne.. s’il l’a perdue c’est qu’elle était investie sur les marchés (et encore pour avoir tout perdu ca devait etre des actions lehman)... Comment pouvait il ignorer que de l’argent en bourse ca peu AUSSI se perdre&nbsp;! Affligeant&nbsp;!</p>

    Répondre à ce message | Voir les réponses (1)

  • L’amertume des salariés de Lehman 19 septembre 2008  09:55, par eric [x-Autre]
    <p>la crise et scandales ne servent jamais de lecon aux financiers, c est dingue le nombre de scandales financiers&nbsp;! En cas de crise elles esperent toujours que les banques centrales viennent les aider, puis injecter des l argent des contribuables&nbsp;!</p>

    Répondre à ce message

Focus

Portrait Une journée avec un analyste corporate finance

John Edwards est en charge de la couverture des secteurs de l’environnement et énergies renouvelables au sein d’une banque britannique. Il nous décrit une journée classique de travail.

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés