AVIVA Advertisement AVIVA

Se projeter par-delà les risques à court terme

Le regain d’incertitude politique et économique provoque des pics de volatilité sur les marchés actions, mais nous pensons que chaque correction représentera une opportunité d’achat. Pourquoi ? Les tendances économiques sous-jacentes indiquent la présence d’un régime de faible volatilité persistante qui, selon nous, joue en faveur des marchés actions.

Le regain d’incertitude politique et économique provoque des pics de volatilité sur les marchés actions, mais nous pensons que chaque correction représentera une opportunité d’achat. Pourquoi ? Les tendances économiques sous-jacentes indiquent la présence d’un régime de faible volatilité persistante qui, selon nous, joue en faveur des marchés actions.

Les marchés reflètent la nervosité croissante des investisseurs. L’indice de volatilité CBOE (VIX), qui mesure la volatilité de l’indice S&P 5000, a enregistré des fluctuations journalières de 30% sur 2 des 10 derniers jours. Comme le montre le graphique, le ratio put/call sur les actions américaines (ligne bleue) a atteint un niveau observé pour la dernière fois lors de la correction survenue fin 2015, ce qui montre que les investisseurs sont désireux de se couvrir contre une éventuelle baisse des marchés. Le ratio put/call sur les actions allemandes (ligne verte) a également augmenté.

Le facteur « économie » est fondamental

Les investisseurs prévoient une confluence d’événements au cours des prochaines semaines qui pourraient provoquer un regain de volatilité : Premièrement, le Congrès américain, très divisé, devra parvenir à un accord sur le budget pour l’exercice 2018 avant la fin du mois de septembre. Les membres du Congrès devront également parvenir à un accord sur le rehaussement du plafond de la dette qui, à l’heure actuelle, limite la capacité d’emprunt du gouvernement. Deuxièmement, la Réserve fédérale est sur le point de dégonfler son bilan dans une mesure jamais vue depuis la crise financière. Cela coïncide avec la décision de la BCE de réduire son programme d’achat d’actifs. Troisièmement, il existe un risque d’intensification des tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord.

Ces inquiétudes surgissent dans un contexte de faible volatilité, tant sur les marchés qu’au niveau des indicateurs économiques. Ainsi, la volatilité glissante ex-post à cinq ans de l’indice américain des prix à la consommation (IPC) s’est repliée à un point bas historique en juillet. La présentation imminente du budget américain est désormais au centre de toutes les préoccupations. Nous pensons que les membres du Congrès parviendront à s’entendre sur un budget provisoire et sur un rehaussement du plafond de la dette. Cependant, les relations tendues entre la Maison Blanche et le Congrès et la faible marge de manœuvre pour une éventuelle collaboration bipartisane renforcent la probabilité d’une déconvenue, qui pourrait notamment se manifester par une situation de paralysie au niveau du gouvernement. Les événements de ce type ont provoqué des poussées de volatilité par le passé, mais n’ont pas eu d’impact durable. Nous pensons que les banques centrales prendront les précautions qui s’imposent au moment de resserrer leurs politiques monétaires. Parallèlement, nous pensons que le gouvernement américain, fort du soutien de la Chine, continuera à exercer des pressions pacifiques sur la Corée du Nord, qui se manifesteront sous la forme de sanctions visant à inciter Pyongyang à abandonner son programme nucléaire militaire.

Conclusion : Nous tablons sur un regain de volatilité à court terme, qui offrira des opportunités d’achat, à moins que les événements politiques minent sévèrement la confiance des entreprises et des consommateurs. Nous pensons que la conjoncture économique, caractérisée par une croissance soutenue, favorise les prises de risque. Dans ce contexte, nous privilégions les actions aux produits de taux.

Isabelle Mateos y Lago , 1er septembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Marchés actions : Etre moutonnier en bourse peut s’avérer être une stratégie payante !

Etre moutonnier en bourse est rarement considéré comme une qualité... même s’il est aujourd’hui avéré que les actions qui ont obtenu de bonnes performances par le passé tendent à surperformer les autres actions sur la période qui suit. Alors, comment tirer parti de cette inertie des (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés