AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Perspectives de la parité euro-dollar

Autant de raisons de vendre l’euro que le dollar. Pourtant il faut s’attendre à une chute de la monnaie européenne au second semestre 2011. Le dollar devrait continuer à rester pour l’instant une valeur refuge malgré les déséquilibres monstrueux de l’économie US et à cause des risques réels d’implosion de la zone Euro.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Sans être un spécialiste du trading sur la paire, force est de constater que le range 1.3970-1.4950 semble durable et profitable pour les semaines à venir.

A chaque fois que les tentatives de quantitative easing (QE) implicites ou explicites refont surface, il ne faut pas hésiter à vendre le dollar. Donc même si le dernier FOMC du22 juin a officialisé la fin du QE2, un QE3 caché se prépare sans doute et la parité euro dollar peut rejoindre très rapidement les 1.4715, point de retracement Fibonacci capital situé à 76.4% de la baisse du 04/05 au 23/05 de 1.4945 à 1.3970)

Je serai par précaution vendeur un peu avant ce point vers 1.4680 voire – tant pis pour le market timing – dans la zone 1.4550-14650 quand les incertitudes sur le devenir de la zone euro (atténuées par le vote du Parlement grec sur le plan d’austérité , condition sine qua none de la poursuite du versement des aides UE-FMI) referont surface , probablement très bientôt

J’ai sur cette problématique des dettes souveraines deux papiers qui doivent être finalisés ces jours-ci

Plans de sauvetage de la zone euro : origine et utilisation des milliards

Retour précis et détaillé sur les plans de sauvetage depuis mai 2010 des pays en graves difficultés budgétaires au sein de la zone Euro. Comment sont mobilisés ces dizaines de milliards d’euros, à quoi sont-ils destinés et, surtout, ces sommes sont-elles suffisantes pour restaurer (...)

1/ une petite synthèse sur les plans d’aide aux PIGS depuis mai 2010 afin de clarifier les choses pour les lecteurs qui sont perdus et noyés sous les milliards .. et surtout en expliquant que cet argent n’existe pas (soit crée par la banque centrale, soit tiré sur les ressources monétaires du FMI , soit emprunté sur les marchés via les émissions FESF) ; en expliquant aussi que cet argent est servi au fil de l’eau ; en expliquant que cet argent ne fait qu’acheter du temps ; en expliquant surtout que cet argent sert à boucler les fins de mois ou de trimestres de ces états et aussi à recapitaliser certaines banques de ces états en situation très claire d’insolvabilité sinon

2/ un petit historique (20 ans ??) sur les défauts/restructurations avec différents cas de figure historiques (Russie 1998, Argentine 2001 , Mexique 1994, Asie du sud-est 1997) permettant d’essayer de comprendre la situation actuelle (même si le cas PIGS est spécifique). Et permettant aussi de clarifier autant que faire se peut ce qu’est un événement de crédit, ce qui n’est vraiment pas simple quand on voit toute la,subjectivité et l’hypocrisie qui tournent autour de cette notion dans la cas de la dette grecque

Pour anticiper les grandes tendances sur les marchés financiers, il est indispensable de combiner quatre types d'approches et méthodologies: Appréciation de la psychologie des marché, analyse des fondamentaux, analyse complexe des flux et enfin l'analyse technique.
Mory Doré

Pour en revenir à la parité euro-dollar, sur un horizon 6-12 mois, il me semble que les handicaps structurels de la monnaie européenne risquent de l’emporter sur ceux du billet vert : l’aversion au risque et les flux l’emportant sur les fondamentaux et le décalage des politiques monétaires qui aurait dû favoriser l’euro sous l’effet d’anticipations d’élargissement du différentiel de taux entre REPO BCE ET FED FUNDS

Comme j’aime souvent à le répéter devant différents publics, pour anticiper les grandes tendances sur les marchés financiers (actions, taux courts, taux longs, changes, matières premières), il est indispensable de combiner quatre types d’approches et méthodologies. Le plus vieux marché du monde qu’est le marché des changes n’y échappe pas.

Ces quatre approches de trading et d’investissement sont les suivantes

- l’appréciation de la psychologie des marchés et la bonne compréhension du niveau d’aversion au risque des acteurs des marchés

- l’analyse des fondamentaux via la publication d’indicateurs macro-économiques et l’anticipation des décisions de politique monétaire des banques centrales

- l’analyse complexe consistant à anticiper les flux d’opérations et la structure des stocks de positions des gros intervenants du marché des changes que sont les banques centrales , les gros institutionnels et hedge funds global macro … Très difficile à anticiper mais très rentable si l’on arrive à déceler quelques évolutions de comportements.

- Enfin l’analyse technique et plus particulièrement les points de Fibonnacci , points de retracement de mouvements de hausse ou de baisse et que je surveille souvent aussi bien sur un horizon court terme que sur un horizon moyen long terme

Parions donc sur un retour de la paire vers 1.26 d’ici fin 2011. Certes cet objectif peut paraître injustifié d’’un point de vue fondamental (Cf différentiel de taux BCE-FED) ; du point de vue flux, on ne peut pas anticiper grand-chose (sauf à anticiper des ruptures de comportement au niveau des banques centrales asiatiques dans leur politique de change) ; par contre du point de vue aversion au risque à venir , le dollar doit pouvoir s’apprécier vis-à-vis de l’euro et rester une valeur refuge malgré les déséquilibres monstrueux de l’économie US et à cause des risques réels d’implosion de la zone Euro ; enfin d’un point de vue technique, cet objectif moyen terme de 1.26 correspondra au retracement majeur de 76.4% de la hausse 1.1875-1.4945 sur la période juin 2010 -mai 2011

Il s’agira donc de ne pas avoir raison deux ou trois ans trop tôt sur l’évolution du dollar et de pouvoir jouer les fondamentaux avec un timing approprié. Car il est vrai que la situation budgétaire des Etats Unis est sans doute la pire qui puisse exister sur la planète et les déséquilibres budgétaires des PIGS sont tout simplement "ridicules" à coté.

Mais la grande crise des actifs libellés en dollar est repoussée dans le temps (nul ne sait quand, peut-être durant la seconde moitié de cette décennie) pour deux raisons principales

1/ Le dollar va continuer, à tort ou à raison, de bénéficier de son statut de monnaie de réserve internationale car n’ayant pas de concurrent et substitut capable encore aujourd’hui d’absorber les montants colossaux de réserves de change investies en billet vert

2/ Les banques centrales d’Asie vont pendant un certain temps continuer à accumuler des titres d’état en dollar dans leurs réserves de change (pour cause de modèle économique encore basé sur la compétitivité de leurs exportations)

Mory Doré , Juillet 2011

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Lire aussi

Juin 2011

Opinion L’euro devrait devenir une monnaie de réserve et la zone euro devrait s’élargir !

Selon Michael Story, économiste chez Western Asset, la probable restructuration de la dette de pays périphériques ne devrait pas provoquer l’effondrement de l’euro. A court, voire moyen, terme, l’euro pourrait consolider sa position de devise stratégique avec la possible entrée (...)

Juin 2011

Opinion Facteurs positif pour l’euro et négatifs pour les devises cycliques

Selon l’équipe stratégie de SG Private Banking, le différentiel de taux d’intérêt soutient l’euro tandis que la remontée des incertitudes est défavorable aux devises cycliques.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés