AVIVA Advertisement AVIVA
›  Interview 

Patrick Badilian : « Le Smart Beta fait partie de notre allocation tactique »

Selon Patrick Badilian, responsable du département financier au sein de la direction des investissements de la CDC, l’appel d’offre en cours pour la sélection de fonds « Smart Beta » permettra à l’Ircantec de réallouer une partie de la poche actions vers une composante affichant une moindre volatilité que les marchés actions sur lesquels l’institution est actuellement positionnée…

L’Ircantec - Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’État et des collectivités publiques - a récemment lancé un appel d’offre pour la sélection de fonds de type « Smart Beta ».
Cet appel d’offre, d’un montant initial de 300M€, consiste en la sélection de prestataires pour gérer des fonds exposés aux actions européennes, utilisant un processus de gestion systématique active visant explicitement à minimiser la volatilité (lot 1), à maximiser le ratio de Sharpe (lot 2), et de type « Smart Beta » autre que les 2 premiers (lot 3).

Patrick Badilian, responsable du département financier au sein de la direction des investissements et de la comptabilité de la Caisse des dépôts et consignations, a bien voulu nous en dire plus à ce sujet, en répondant à nos questions.

Next-Finance : Où positionnerez-vous le « Smart Beta » dans votre allocation ? Dans la poche actions, en remplacement d’un gérant benchmarké ?

Patrick Badilian : Nous positionnons le « Smart Beta » au sein de notre poche actions, représentant 29% du portefeuille global. Ce processus de gestion spécifique, benchmarké, n’est pas voué à remplacer un gérant actuel.

Le « Smart Beta » fait-il partie de votre allocation stratégique ou tactique ?

Le « Smart Beta » fait partie de notre allocation tactique. Il s’agit de réallouer une partie de notre poche actions vers une composante affichant une moindre volatilité que les marchés actions sur lesquels nous sommes exposés.

Pourquoi sélectionner des fonds visant explicitement à minimiser la volatilité et à maximiser le ratio de Sharpe ? Il y a beaucoup d’autres approches « Smart Beta », pourquoi ces deux types spécifiquement ? Avez-vous un niveau cible en terme de volatilité et de ratio de Sharpe ?

Effectivement, nous sélectionnons des fonds visant explicitement à minimiser la volatilité et à maximiser le ratio de Sharpe afin de marquer une différence par rapport à nos mandats existants. C’est la raison pour laquelle nous concentrons actuellement sur ces deux types de stratégies « Smart Beta » axées sur la volatilité et le ratio de Sharpe. Nous n’avons pas de niveau cible en la matière.

Nous sélectionnons des fonds visant explicitement à minimiser la volatilité et à maximiser le ratio de Sharpe afin de marquer une différence par rapport à nos mandats existants.
Patrick Badilian, Responsable du département financier au sein de la direction des investissements et de la comptabilité de la CDC

Vous avez lancé un appel d’offres lié au marché action, ayant comme benchmark l’indice MSCI Europe NR. L’Ircantec se prévaut de sa démarche d’investisseur socialement responsable. On aurait pu imaginer que vous appliqueriez une stratégie de type « Smart Beta », sur un portefeuille de type ISR. Ce n’est pas votre choix. Pourquoi ? L’univers ISR est-il trop restreint ?

Le choix de cet indice, comme des autres indices de notre portefeuille, n’est pas marqué « customisé ISR », néanmoins les gérants actuels ont l’obligation de respecter la charte ISR de l’Ircantec, ce sera aussi le cas des gérants en cours de sélection. Le portefeuille de l’Ircantec est 100% ISR. Pour ce faire, dans le cadre d’une gestion active, nous autorisons une tracking error à nos gérants de façon à ce qu’ils ne répliquent pas l’indice et puissent appliquer un processus ISR.

Avez-vous également un intérêt pour le « Smart Beta » obligataire ?

Pour l’heure, concernant l’obligataire notre diversification vise surtout à augmenter la part de corporate, un appel d’offres est en cours sur ce type d’investissements.

Pour revenir à votre appel d’offres, quels seront les principaux critères retenus pour sélectionner les gérants « Smart Beta » ?

Dans le processus de sélection des gérants « Smart Beta », nous tenons compte d’un certain nombre de critères tels que la surface financière de la société de gestion ou encore son expertise via son historique de performances sur la classe d’actif sélectionnée (« track record ») par exemple, et bien évidemment, son appétence et son expertise pour le développement durable et la gestion intégrant la dimension ISR.

RF , Décembre 2014

Lire aussi

Novembre 2014

News L’Ircantec lance un appel d’offres pour la sélection de 3 fonds quantitatifs de type smart beta

L’appel d’offre, d’un montant initial de 300M€, consiste à la sélection de prestataires pour gérer des fonds exposés aux actions européennes, utilisant un processus de gestion systématique active visant explicitement à minimiser la volatilité (lot 1), à maximiser le ratio de sharpe (...)

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Christian Lopez et Malik Haddouk : « Notre modèle se distingue aussi des risk parity multi-assets classiques qui ne prennent pas du tout en compte d’anticipations de performance »

Le modèle d’allocation de CPR AM permet de transformer les anticipations de performances, de volatilité et de corrélations suivant les différents scénarios de marché probabilisés en allocation tout respectant les contraintes...

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés