›  Opinion 

Les marchés ont favorablement accueilli les élections aux Pays Bas

Selon Lukas Daalder, Directeur de l’investissement de Robeco Investment Solutions, nous ne devrions pas surestimer l’impact des élections : la hausse des taux que la Réserve fédérale américaine a administré a été le facteur dominant sur marchés financiers, relevant les obligations et les actions.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

« Les résultats sont bien meilleurs que ce que l’on pouvait craindre, les libéraux sortent incontestablement vainqueurs et les populistes n’ont pas gagné autant de terrain que prévu », explique Lukas Daalder, Directeur de l’investissement de Robeco Investment Solutions. « Sans surprise, les marchés financiers ont positivement réagi aux résultats des élections ; les écarts des obligations européennes diminuant et l’euro montant. Cela dit, nous ne devrions pas surestimer l’impact des élections : la hausse des taux que la Réserve fédérale américaine a administré hier a été le facteur dominant sur marchés financiers, relevant les obligations et les actions ».

L’impact des résultats des élections aux Pays-Bas sur l’élection présidentielle française est un sujet de débat.

« Les électeurs néerlandais ont clairement voté pour les partis pro-européens, et le nouveau gouvernement de coalition hollandais se composera probablement du centre-droit VVD, des démocrates-chrétiens conservateurs et du libéral de gauche D66 », explique Léon Cornelissen, chef économiste de Robeco.

Cette alliance largement centriste ne sera peut-être pas suffisante pour obtenir une majorité à la Chambre basse du Parlement, elle nécessitera peut-être d’être rejointe par un quatrième ou même un cinquième parti. Les négociations pourraient facilement prendre des mois, toutefois Mark Rutte restera premier ministre et chef du plus grand parti, le VVD.

Dans ce cas, cela n’aura pas d’impact sur notre vision des marchés financiers européens, ajoute Lukas Daalder. Cela voudrait dire que Rutte peut continuer en tant que premier ministre, cela signifie également que la politique néerlandaise est une source de stabilité, plutôt que de perturbation.

Selon Léon Cornelissen, les regards se porteront dorénavant sur la France et si l’extrême droite de Marine Le Pen peut représenter un véritable défi pour la présidentielle, il en est de même en Italie, où les potentielles élections cette année, montrent selon les derniers sondages que le mouvement populiste Five Star est devenu le chef de file.

Lukas Daalder , Mars 2017

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés