AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Les facteurs ESG alimentent la croissance et l’innovation dans l’industrie chimique

Au cours des trois dernières décennies, l’accent mis sur les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) a amélioré non seulement l’empreinte écologique du secteur sur la planète, mais aussi ses résultats financiers...

L’industrie chimique a longtemps souffert d’une mauvaise réputation en raison de son impact négatif sur l’environnement, la santé et la sécurité. Au cours des trois dernières décennies, l’accent mis sur les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) a cependant amélioré non seulement l’empreinte écologique du secteur sur la planète, mais aussi ses résultats financiers, souligne ING Investment Management (ING IM).

Selon Nina Hodzic, spécialiste ESG Senior d’ING Investment Management, « nombre d’entre nous n’ont pas conscience de l’importance de l’industrie chimique et de l’impact qu’elle a sur notre vie quotidienne. Des vêtements que nous portons à la nourriture que nous mangeons et aux produits que nous utilisons, les produits chimiques sont présents partout et nous permettent de mener une vie plus productive et plus confortable. »

« Les sociétés chimiques sont désormais conscientes que l’utilisation efficiente des ressources n’est pas seulement bénéfique pour la planète, mais réduit également les coûts et améliore la rentabilité. Elles considèrent de plus en plus l’ensemble de la chaîne de valeur et réfléchissent à des façons d’aider leurs clients à améliorer leur empreinte écologique également. L’industrie peut tirer profit de grandes tendances, telles que la croissance démographique, les changements climatiques et l’épuisement des matières premières, pour lesquelles l’innovation est la clé du succès. »

ING IM observe que l’industrie a affiché une croissance quasi continue au cours des 40 dernières années, les revenus totaux étant passé de 171 milliards d’USD en 1970 à 2,7 trilliards d’EUR en 2011.

Des études extrapolant les tendances jusqu’en 2050 prévoient que les ventes mondiales des sociétés chimiques augmenteront d’environ 3% par an jusqu’en 2050.

Nina Hodzic ajoute que : « les principales forces motrices de cette croissance sont la solide demande de produits alimentaires et de biens de consommation dans les pays émergents et la hausse de la demande de produits chimiques complexes dans les pays développés. Historiquement, la production chimique a toujours été concentrée en Europe occidentale, en Amérique du Nord et au Japon. Néanmoins, au cours des dernières décennies, on a assisté à un important glissement de la production et des ventes vers d’autres régions géographiques et les marchés émergents (principalement l’Asie et le Moyen-Orient). »

« Ce glissement est imputable au ralentissement de la croissance de la demande en Europe, à la forte croissance de la demande en Asie (en particulier en Chine), aux coûts de production relativement élevés en Europe (coût de la main-d’œuvre, des matières premières et de l’énergie) et au cadre réglementaire plus strict en Europe. Eu égard à ces facteurs, l’industrie chimique européenne abandonne les produits pétrochimiques de masse et se tourne vers les produits et les services à valeur ajoutée plus élevée et tend à une nette amélioration de la performance ESG. »

Selon ING IM, les facteurs ESG et les attentes toujours plus élevées des parties concernées ont un impact plus important que jamais sur le secteur. Les sociétés chimiques en sont bien conscientes et nombre d’entre elles sont passées de la gestion des risques de réputation liés aux aspects ESG à l’exploitation des opportunités dans ce domaine.

Le gestionnaire d’actifs souligne toutefois qu’il subsiste de nombreux risques ESG nécessitant une attention particulière, étant donné que l’utilisation des produits chimiques dans la société moderne va de pair avec une pollution de l’environnement et un impact néfaste sur la santé.

Nina Hodzic conclut que : « des innovations dans l’industrie chimique, telles que de nouveaux produits contribuant à la réduction des émissions de carbone, peuvent offrir des opportunités d’investissement intéressantes. Nous sommes essentiellement intéressés par des sociétés chimiques affichant un score supérieur à la moyenne du secteur en matière de politique, de gestion et de mise en œuvre ESG et ne faisant pas l’objet d’une controverse ESG importante. Nous suivons de près les nouvelles études et les rapports des ONG sur l’industrie chimique et avons par ailleurs fréquemment des discussions sur des aspects ESG avec la direction des sociétés chimiques. »

Next Finance , Avril 2014

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés