AVIVA Advertisement AVIVA
›  News 

Le Gouvernement égyptien va émettre un appel d’offres de 2,0 milliards de US$ auprès des banques pour financer le remboursement de sa dette aux entreprises du secteur de l’énergie

Le plan de préfinancement des exportations est mis en place par l’Egyptian General Petroleum Corporation (EGPC) et sera garanti par les ventes à terme de livraisons de pétrole brut sur cinq ans.

Le gouvernement égyptien a déclaré son intention d’émettre un appel d’offres pour un financement pré-export d’un montant de 2,0 milliards de dollars US visant à rembourser la dette financière du pays envers les entreprises pétrolières et gazières internationales implantées en Egypte. Le plan de préfinancement des exportations est mis en place par l’Egyptian General Petroleum Corporation (EGPC) et sera garanti par les ventes à terme de livraisons de pétrole brut sur cinq ans.

Cette initiative fait partie intégrante de l’engagement du gouvernement égyptien à rembourser 60% de sa dette à la fin de l’année 2014 et la totalité de sa dette à l’horizon des 6 prochains mois. Cet appel d’offres suit de près un paiement de 1,5 milliard de dollars intervenu plus tôt ce mois-ci, qui avait contribué à réduire le montant des paiements dus par l’Egypte à 4,9 milliards de dollars US.

Commentant l’appel d’offres, le ministre du Pétrole égyptien M. Sherif Ismail a déclaré : « Il s’agit d’une des mesures prises par le gouvernement sur le court terme pour payer les arriérés dus aux entreprises pétrolières et gazières internationales. Parallèlement aux paiements déjà réalisés, l’EGPC et l’Egyptian Natural Gas Holding Company (EGAS) ont par ailleurs engagé une autre série de discussions et de négociations avec les compagnies pétrolières internationales afin de voir comment gérer au mieux leurs attentes. Nous apprécions la coopération de nos partenaires pétroliers, le soutien dont ils font preuve à notre égard, ainsi que leur compréhension des circonstances exceptionnelles auxquelles nous sommes actuellement confrontés.

Cette transaction nous permettra de rembourser une partie substantielle des arrérages du premier trimestre 2015. Nous comptons ainsi inciter nos partenaires à intensifier leurs activités d’exploration et de production. En stimulant la production locale de pétrole et de gaz, et donc en minimisant nos importations, nous serons en mesure de réaliser les économies nécessaires pour assurer la continuité des paiements de l’EGPC et de l’EGAS à leurs partenaires pétroliers.

En plus de mesures sur le court terme, le gouvernement a également mis en œuvre des mesures conséquentes venant appuyer ses stratégies sur le moyen et le long terme visant à créer un environnement stable pour les investissements dans la durée. Dans le cadre de son vaste plan de réformes économiques, le gouvernement a lancé une réforme des subventions énergétiques sur 5 ans qui a débuté en juillet 2014 et a d’ores et déjà permis de réaliser des économies importantes, qui devraient être de l’ordre de 40 milliards de livres égyptiennes (5,6 milliards de dollars US au cours actuel) sur l’exercice 2014/2015.

Nous sommes conscients que la résolution des besoins énergétiques de l’Égypte est essentielle pour assurer la croissance économique durable de notre pays. Nous sommes déterminés à prendre toutes les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs ambitieux que nous sommes fixés et à changer le mix énergétique de notre pays en augmentant la part des énergies renouvelables. »

Le Ministère de l’Investissement estime que l’Egypte aura besoin de 8 GW d’électricité au cours des prochaines années pour répondre à ses objectifs de croissance de 7% par an. 4 GW proviendront de l’énergie solaire et éolienne, le reste des hydrocarbures.

Le climat politique et social de l’Egypte au cours de ces dernières années a entraîné une accumulation de la dette, mais la situation politique et économique du pays est à présent stabilisée. Le nouveau gouvernement égyptien est déterminé à favoriser la croissance économique grâce à un ambitieux programme de réformes visant à équilibrer le budget et la compensation des dettes, tout en menant de front un programme de réformes en matière de législation et de réglementation. Le prochain Egypt Economic Summit (Sommet Economique pour l’Egypte), une conférence internationale qui aura lieu en février 2015, doit servir à attirer de nouveaux investissements étrangers.

Le montant des investissements directs étrangers en Egypte en 2013-2014 était de 6,5 milliards de dollars, en hausse de 3 milliards de dollars par rapport à la période précédente. Le Ministère de l’Investissement espère atteindre un objectif de 10 milliards de dollars en 2014-2015.

Le ministre de l’Investissement égyptien Ashraf Salman a déclaré : « Le Gouvernement a lancé un programme de réformes ambitieux pour construire l’avenir de notre pays. Nous voulons remettre l’Egypte au cœur des intérêts des investisseurs. Ces avancées sont une nouvelle preuve de notre volonté de créer un environnement commercial international attractif, compétitif, prévisible, transparent et équitable. »

Next Finance , Novembre 2014

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News La Société ontarienne de financement de la croissance recherche des gérants de fonds

Afin de soutenir la création du Fonds d’actions pour le secteur des technologies propres (Ontario), la Société ontarienne de financement de la croissance (SOFC) a publié une demande de déclarations d’intérêt pour trouver des gérants de (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés