AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

L’exemple italien

Le potentiel futur de l’Italie, d’après Ivan Scalfarotto, secrétaire d’Etat italien, vient de l’émergence probable de 212 millions de « nouveaux riches » d’ici à 2021, dont 50% seront indiens ou chinois. Ce nouveau marché est un vrai relais de croissance pour les grandes marques italiennes.

L’Italie est le deuxième pays représenté dans le fonds Amplegest Pricing Power, certains dossiers étant portés depuis plusieurs années. Nous avons eu l’opportunité de rencontrer, le 14 septembre à Milan, Monsieur Ivan Scalfarotto, le secrétaire d’Etat italien responsable de l’attractivité et de la promotion de l’Italie dans le monde. Nous en revenons avec la conviction que tout est mis en œuvre chez nos amis transalpins pour que les sociétés italiennes mondialisées réussissent. Les barrières à l’entrée que ces sociétés peuvent ériger, condition de base pour partir à la conquête de leur marché, sont bien réelles. Or, c’est le premier critère de sélection des valeurs de notre fonds. Alors que le PIB italien est en baisse depuis2010, la composante exportation est, quant à elle, en croissance de 4,8% et la tendance est à l’accélération. Au premier semestre 2017, elle a atteint 8% !

Voici comment les différentes administrations épaulent leurs entreprises : prenons l’exemple de l’industrie agro-alimentaire, le secrétaire d’Etat nous a expliqué que, contrairement à la France qui dispose d’une force de frappe mondiale pour vendre ses produits alimentaires dans le monde par l’intermédiaire des hypermarchés AUCHAN, CARREFOUR ou CASINO dont les rayons sont garnis de vins, de fromages ou autres, l’Italie, elle, ne dispose en rien d’un réseau comparable. Mais pour contrer les autres puissances de l’agro-alimentaire, ce ne sont pas moins de 385 actions qui ont été menées dans le monde par l’administration italienne dans le domaine de la promotion des produits italiens. Il peut s’agir d’opérations de conseil, de communication, d’entrainement, de road shows, de promotion de mesures fiscales.

Partant avec un handicap certain, l’Italie est ainsi devenue le premier exportateur mondial de vin…. devant la France, avec plus de 200 appellations. Pour un secteur comme le luxe, il s’agit d’expliquer que le savoir-faire et la manufacture restent en Italie. Le groupe BRUNELLO CUCINELLI par exemple, dans le fonds depuis 4 ans, a construit son succès sur le thème de la recherche absolue de qualité, avec une production 100% italienne et artisanale.

Le résultat peut être mesuré également par le rang qu’occupe l’Italie dans la production de biens d’équipement : deuxième exportateur en Europe, derrière l’Allemagne mais devant la France.

Une « patent box » italienne très profitable

Le potentiel futur de l’Italie, d’après M. Scalforatto, vient de l’émergence probable de 212 millions de « nouveaux riches » d’ici à 2021, dont 50% seront indiens ou chinois. Ce nouveau marché est un vrai relais de croissance pour les grandes marques italiennes.

Très concrètement, un certain nombre de sociétés du fonds ont déjà bénéficié de ces mesures. Prenons l’exemple de la « patent box », une sorte de super « crédit d’impôts recherche » qui consiste à protéger et faire fructifier les savoir-faire, promouvoir l’investissement et la recherche et développer les actifs intangibles (base client, valeur de la marque). Sont éligibles : les logiciels, les brevets, les savoir-faire industriels, le design, etc. Les heureuses élues (après sélection) bénéficient d’une réduction de 50% d’impôt sur les profits générés par les produits de licence issus des actifs intangibles. Des valeurs du fonds comme FERRAGAMO ou CAMPARI en bénéficient déjà sur plusieurs exercices, d’autres comme FERRARI en bénéficieront l’année prochaine.

Le constat s’impose : l’Etat italien a mis en place une politique audacieuse et pro-entreprises, pour le plus grand bénéfice des titres transalpins du fonds Amplegest Pricing Power.

Gérard Moulin , 4 octobre

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés