AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

L’Euro, une monnaie étrangère ?

En principe, l’Euro est la monnaie commune des européens, mais la crise des finances des Etats révèle un aspect caché, tout à fait inattendu. L’Euro se révèle de fait une monnaie étrangère.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Depuis le début août, l’Espagne et surtout l’Italie peinent à émettre des obligations sur les marchés de crédit. L’Espagne passe encore, elle a confondu la spéculation immobilière avec la croissance économique, mais l’Italie ?

Certes l’Italie est très endettée, ses dettes publiques atteignent 120% du PIB, c’est beaucoup... Mais ce n’est pas neuf, c’était vrai il y a dix ans, avant l’an 2000 !
Depuis, la dette publique italienne n’a donc pas progressé et au début 2009, lorsque les relances keynésiennes étaient à la mode, Giulio Tremonti, le Ministre italien des finances, a estimé que l’Italie n’avait pas les moyens de se payer une relance, aussi le déficit italien n’a pas dépassé 5,3% du PIB.
En France, il dépasse 7% pour 2011, après avoir dépassé 9% en 2009, en Grande Bretagne, le déficit budgétaire s’établit à 10% du PIB.
Surtout même si l’Etat italien fut une cigale notoire dans le passé, les italiens, avec un endettement de 37% du PIB sont de vraies fourmis. (Les britanniques sont endettés à plus de 130%, et les américains à 121%, tandis que l’Etat britannique est endetté à 84,5% du PIB, et l’état fédéral américain à 100% du PIB.

Pourquoi les cigales britanniques se financent plus facilement que l’Italie, et même que la France ? Pourquoi, le 14 septembre 2011, les « gilts » à 10 ans, du Trésor britannique, portent un taux d’intérêt de 2,45%, les bons du Trésor français, un taux de 2,66%, et les bons italiens un taux de 5,59% ?

La réponse est odieuse : La Grande Bretagne a sa Livre Sterling, La France et l’Italie n’ont pas « leur » Euro.

La Banque d’Angleterre a mené une « Politique quantitative » d’acquisition de bons du Trésor pour £200 milliards, donc les bons britanniques ont un acheteur goulu, de plus, les banques britanniques sont assurées d’obtenir de la Banque d’Angleterre, tous les crédits voulus lorsqu’elles apportent en garantie des bons du Trésor britannique.

Ce n’est pas le cas pour la France et l’Italie, elles ne peuvent pas émettre d’euros, et elles dépendent d’une BCE dont le mandat unique est de lutter contre l’inflation, donc d’être pingre.

C’est pourquoi, devant les marchés, l’Italie est devenue une pauvre quille, une proie sans défense. Demain, si la France veut recapitaliser ses banques aventurées en Amériques sous la forme de banques d’investissements (c’est-à-dire de spéculation), financées sur des marchés de crédits à très court terme, ou par des « Money Market Funds », qui, maintenant qu’il pleut, ferment le parapluie ouvert seulement par beau temps, ou la France trouvera-t-elle des euros, comment ?

Décidément, l’Euro se révèle bien une monnaie étrangère, et comme le disent les traders et les banquiers américains : « La vie est injuste »...

Norbert Silverbach , Septembre 2011

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Voir en ligne : Petit manuel d’économie en attendant la fin du monde

Lire aussi

Septembre 2011

Lecture Sortir de l’euro ? Une idée dangereuse

La zone euro, à l’épreuve du feu, fait vaciller l’Europe économique et financière. L’économiste Évariste Lefeuvre propose, à l’intention du plus large public, une analyse dépassionnée de la crise qui frappe la monnaie unique, envisagée de manière « positive », en toute (...)

Juin 2011

Opinion L’euro devrait devenir une monnaie de réserve et la zone euro devrait s’élargir !

Selon Michael Story, économiste chez Western Asset, la probable restructuration de la dette de pays périphériques ne devrait pas provoquer l’effondrement de l’euro. A court, voire moyen, terme, l’euro pourrait consolider sa position de devise stratégique avec la possible entrée (...)

Juin 2011

Opinion L’euro peut-il survivre à la démocratie ?

Si l’on autorise une restructuration de la dette grecque, le risque d’une crise de confiance et d’une contagion sera substantiel. La dette d’autres pays de la zone euro pourrait être attaquée par des spéculateurs et le marché des CDS pourrait à nouveau connaître des (...)

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés