AVIVA Advertisement AVIVA
›  Interview 

François Millet : « Chez certains fonds de pension, la part des indices ‘Smart Bêta’ dépassent parfois 40% de leur portefeuille ‘cœur’ »

Selon François Millet, Responsable produits ETF et fonds indiciels chez Lyxor AM, la poche « Smart Bêta » a vocation à être logée dans le portefeuille « cœur » des investisseurs institutionnels…

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Next-Finance : A quelle période Lyxor s’est décidé à lancer des indices « Smart Bêta » ? Ressentiez-vous alors une forte demande chez les investisseurs institutionnels ?

François Millet : Nos premiers travaux remontent en 2008, conduisant notamment à la publication d’articles de recherche dans la revue de référence « Journal of Portfolio Management ». C’est en 2009 que nous avons décidé de lancer nos indices « Smart Bêta » ; Lyxor AM ayant obtenu un premier mandat de gestion, en mai 2010 pour des clients institutionnels, en raison d’un fort intérêt de leur part, pour investir sur de tels indices.

Comment construisez-vous ces indices Smart Beta et quels avantages offrent-ils par rapport aux indices traditionnels ?

Les indices « Smart Bêta » sont des indices dont les constituants ne sont pas pondérés par les capitalisations boursières. Pour les construire, nous nous concentrons donc sur des sous ensembles particuliers de titres tels que les sociétés à faibles PER (« Price Earning Ratio ») ou à faible volatilité par exemple. L’avantage est ainsi d’éviter les effets de concentration et la sur représentation des plus grosses capitalisations boursières, que l’on constate sur la plupart des indices traditionnels. En clair, il s’agit d’allouer de manière plus égalitaire le budget de risque, sans pour autant aboutir à un portefeuille restreint tant en nombre de titres qu’en terme de diversification sectorielle.

La clientèle institutionnelle est sans nul doute, la plus sensible aujourd'hui à notre offre, même si les banques privées et les fonds de pension font également parties de nos clients.
François Millet, Responsable produits ETF et fonds indiciels, Lyxor Asset Management

Où loge-t-on le « Smart Bêta » dans l’allocation d’actif des institutionnels ? Est-ce de la gestion active ou plutôt un complément de leur gestion passive ?

La poche « Smart Bêta » a vocation à être logée dans le portefeuille « cœur » des investisseurs institutionnels, pour un poids généralement compris entre 10% et 40% de leur gestion passive. Chez certains fonds de pension néerlandais, la part de ces indices « nouvelle génération » dépassent parfois 40% au sein de leur portefeuille « cœur ». Par contre, pour d’autres investisseurs, plus « traditionnels », ce type de stratégie est uniquement alloué sur leur poche de gestion active.

Comment se différencie l’offre de Lyxor par rapport à la concurrence et comment se décompose votre gamme « Smart Bêta » ? Quelle clientèle est la plus sensible à votre offre ?

Nous proposons aujourd’hui toute une gamme d’indices « Smart Bêta », notamment des indices indexés sur le risque, tel que les indices dits ERC pour « Equal Risk Contribution » qui assurent une diversification maximale en termes de risque ou Risk Weighted. Pour cette dernière stratégie, il s’agit de choisir des titres dont les volatilités sont les plus basses de l’indice de référence.

Pour illustrer les propos, je peux vous donner d’ailleurs 3 exemples d’indices « Smart Bêta » que nous commercialisons actuellement, à travers des ETF (« Exchange traded funds ») :
- L’ETF Obligations souveraines constitué de titres obligataires dont la pondération tient compte du PIB de chacun des pays émetteurs et non pas du seul montant de dette émise, comme traditionnellement,
- L’ETF SG Global Quality Income sur les actions, les titres étant sélectionnés en fonction de leur robustesse financière et de leur dividende,
- Les ETFs basés sur le risque comme l’ETF ERC portant sur l’Euro STOXX 50 et l’ETF répliquant le MSCI World Risk Weighted.

La clientèle institutionnelle est sans nul doute, la plus sensible aujourd’hui à notre offre, même si les banques privées et les fonds de pension font également parties de nos clients. Il faut dire que les indices « Smart Bêta » sont capables de surperformer les indices classiques sur un cycle complet d’investissement, ce qui intéresse un nombre de plus en plus important d’investisseurs.

Quels sont vos encours actuels en « Smart Bêta » et quelles sont vos perspectives de collecte à moyen terme ?

Aujourd’hui, chez Lyxor AM, nos encours en « Smart Bêta » s’élèvent à 1,5 milliard d’euros, dont 900 millions à travers les seuls ETF. Nous pensons que les perspectives de collecte sont favorables à moyen terme, compte tenu de l’intérêt grandissant des investisseurs pour ce type d’indices.

RF , Mars 2013

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Christian Lopez et Malik Haddouk : « Notre modèle se distingue aussi des risk parity multi-assets classiques qui ne prennent pas du tout en compte d’anticipations de performance »

Le modèle d’allocation de CPR AM permet de transformer les anticipations de performances, de volatilité et de corrélations suivant les différents scénarios de marché probabilisés en allocation tout respectant les contraintes...

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés