AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

A quoi servent les marchés financiers ?

Au fur et à mesure que les investisseurs s’inquiètent de la trajectoire prise par différents Etats européens, dont ceux de l’Irlande, du Portugal et de la Grèce (pour le moment), les « marchés » sont sous le feu des critiques. On peut entendre qu’il faudrait qu’ils soient "au service des peuples", et non l’inverse.

Rappelons tout d’abord le rôle et le fonctionnement des marchés financiers. Lorsqu’un agent économique a un besoin de financement, c’est-à-dire lorsque ses revenus actuels ne lui permettent pas de faire face à ses dépenses actuelles, alors il peut emprunter de l’argent sur un marché de dettes (entre autres possibilités). Par exemple, une entreprise peut vouloir financer des investissements productifs, un ménage peut vouloir financer l’achat d’une maison, et un Etat peut vouloir financer un déficit public. Les revenus futurs de cet agent lui permettront en principe de rembourser sa dette.

Pour cela, cet agent peut soit s’adresser à une banque qui lui accorde un prêt, soit émettre des obligations, qui sont un titre de dette. Les obligations s’échangent sur les marchés financiers. Cela permet à un épargnant qui aurait un besoin de liquidité de vendre ses titres à un autre épargnant qui a lui de l’argent à investir, sans avoir à attendre l’échéance de l’obligation. Le prix des obligations reflète ce que les épargnants sont prêts à payer pour ce titre de dette, c’est-à-dire pour la promesse d’un agent économique de peu à peu repayer une certaine somme.

Mais voilà, il arrive que des doutes émergent quant à la capacité de cet agent à repayer. Les emprunts excessifs contractés par des ménages américains à faibles revenus pour l’achat de maisons ont ainsi créés la crise des subprime mortgage aux Etats-Unis en 2007. De même, les entreprises qui s’endettent trop vont peut-être faire défaut, ce qui peut les précipiter vers la faillite, ou en tout cas vers une restructuration majeure de leurs activités et du passif de leur bilan. Enfin, les Etats qui ne cessent d’accumuler des déficits publics trop élevés (c’est-à-dire supérieurs au taux de croissance économique) créent une dette publique insoutenable, c’est-à-dire qui croît plus rapidement que le potentiel de remboursement de l’économie (lequel dépend de la croissance économique).

Les marchés financiers précipitent la prise de conscience : un pays ne peut vivre indéfiniment au-dessus de ses moyens.

Les épargnants, ou les personnes qu’ils ont mandaté pour prendre soin de leur épargne, ne sont pas idiots. Dans ces conditions, lorsqu’il est possible voire probable que la dette ne soit pas remboursée, ils ne vont pas être disposés à payer cher pour acheter un titre de dette donné. De façon équivalente, le rendement sous forme d’intérêts d’un titre de dette devra être élevé (lorsque rapporté à son prix) pour que les épargnants acceptent de le détenir. Cela signifie que le coût de la dette augmente pour l’Etat dont la dette devient excessive : en effet, il devra payer de lourds intérêts pour se financer. C’est le prix à payer pour compenser les épargnants pour le risque qu’ils encourent lorsqu’ils prêtent à cet Etat fragile plutôt qu’à un emprunteur en bonne santé.

En définitive, les marchés financiers précipitent la prise de conscience : un pays ne peut vivre indéfiniment au-dessus de ses moyens. Ils forcent les gouvernements à affronter leurs contradictions et à gérer le pays sainement. Pas étonnant que certaines personnes n’apprécient pas cette influence. Mais il n’y a pas d’alternative : un pays qui veut financer une dette publique doit offrir aux épargnants des conditions telles qu’ils acceptent de prêter à l’Etat. Pour minimiser le coût de ce financement, rien ne vaut une bonne gestion des finances publiques. Voilà un objectif on ne peut plus désirable socialement, mais qui ne plaît pas à tous.

EE , Pierre Chaigneau , Juillet 2011

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés