AVIVA Advertisement AVIVA
›  Interview 

Vincent Denoiseux : « Les 5 facteurs retenus pour constituer notre fonds ont été sélectionnés en raison de leur corrélation faible voire négative entre eux »

Le fonds DB Platinum IV Equity Risk Premia lancé le 30 octobre dernier utilise le concept du smart beta, tout en offrant une exposition à 5 facteurs de risque actions (value, qualité, low beta, small cap et momentum) pilotée selon une stratégie systématique associant des positions long short…

Entretien avec Vincent Denoiseux, Director et Structureur senior chez Deutsche Asset & Wealth Management (DeAWM) au sujet du fonds action smart bêta DB Platinum IV Equity Risk Premia.

Next-Finance : Pouvez-vous nous rappeler en quelques mots en quoi consiste une stratégie smart beta sur les marchés actions ?

Vincent Denoiseux : Une stratégie smart beta a pour objectif d’offrir une exposition aux marchés actions plus efficiente qu’une approche traditionnelle reposant sur une politique d’allocation benchmarkée sur des indices boursiers capi-pondérés. Différentes techniques peuvent être alors utilisées pour mettre en place une allocation d’actifs où les titres ne sont pas pondérés par leurs capitalisations boursières mais selon d’autres critères tels que leur niveau de volatilité à travers par exemple des stratégies dites de “low beta”, leur valorisation fondamentale, ou encore la mise en place d’une équi-pondération en risque entre les différentes lignes du portefeuille.

Quelle est votre philosophie de gestion ?

La philosophie de gestion du fonds DB Platinum IV Equity Risk Premia utilise le concept du smart beta, à travers une stratégie de gestion lui permettant de tirer profit de la prime de risque d’un univers d’investissement Actions Monde à travers plusieurs facteurs de risque. Ainsi, notre fonds offre une exposition à 5 facteurs de risque actions (value, qualité, low beta, small cap et momentum). La mise en oeuvre de chaque facteur est déterminée selon une stratégie systématique associant des positions acheteuses et vendeuses.

En pratique, le risque du portefeuille est équi-réparti entre chacun des 5 facteurs de risque utilisé pour construire notre portefeuille, en utilisant le principe du “risk-parity”.
Vincent Denoiseux, Director et Structureur senior chez DeAWM

Pourriez-vous nous donner un exemple ?

Par exemple, pour notre stratégie reposant sur le facteur de risque “value”, nous utilisons 2 critères pour sélectionner les titres de notre portefeuille au sein de l’indice “MSCI Equity World” : le ratio EBITDA/EV (“Earnings before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization/Enterprise Value ») et le taux de rendement du dividende. A partir de ce double filtre, nous établissons une liste de valeurs classées par ordre décroissant : 20% des titres situés en haut de ce classement sont achetés tandis que dans le même temps, 20% des actions les plus mal classées sont vendues. Ainsi, sur le seul critère “value”, notre fonds utilise une stratégie “long/short” sur environ 250-300 valeurs à l’achat et autant à la vente.

En quoi votre méthodologie est originale ?

Cette approche se distingue des autres approches smart beta actuelles, notamment celles utilisant des positions « long-only », car elle permet à l’investisseur d’isoler une prime de risque particulière de manière transparente, tout en conservant une exposition neutre au marché. Les 5 facteurs retenus pour constituer le portefeuille ont été sélectionnés en raison de leur corrélation faible voire négative entre eux. Afin de maintenir un couple rendement risque cohérent au cours du temps, le fonds comporte ainsi un mécanisme de contrôle de la volatilité du portefeuille visant un niveau de volatilité annuelle de l’ordre de 6%. Enfin, ce fonds smart beta, est à ce jour le seul fonds reposant sur cette philosophie d’investissement conforme au format UCITS, qui est un gage de sécurité et de transparence pour nos investisseurs.

La genèse de ce fonds trouve son origine dans l’intérêt de nombreux investisseurs institutionnels et notamment des fonds de pension scandinaves pour des produits permettant d’exploiter le potentiel de rendement des différentes primes de risque sans exposition globale au marché actions.
Vincent Denoiseux, Director et Structureur senior chez DeAWM

D’où est venue l’idée ce fonds ?

La genèse de ce fonds trouve son origine dans l’intérêt de nombreux investisseurs institutionnels et notamment des fonds de pension scandinaves pour des produits permettant d’exploiter le potentiel de rendement des différentes primes de risque sans exposition globale au marché actions. C’est pour répondre à ces besoins que nos équipes de recherche quantitative chez Deutsche Bank ont cherché à identifier les principaux facteurs de risque existants, tout en essayant de mettre en oeuvre le plus simplement possible cette stratégie. Pour cela, DeAWM s’est notamment appuyé sur les travaux d’études académiques réalisés sur ces questions, en particulier ceux effectués par l’Université de Yale, aux Etats-Unis depuis 2009.

Comment s’effectue la politique d’allocation des risques au sein du portefeuille

En pratique, le risque du portefeuille est équi-réparti entre chacun des 5 facteurs de risque utilisé pour construire notre portefeuille, en utilisant le principe du “risk-parity” : l’allocation se fait en fonction de la volatilité historique de chaque stratégie. En clair, nous ne privilégions pas une stratégie par rapport à une autre, étant donné que nous ne cherchons pas à anticiper l’avenir. Il est également important de préciser que notre portefeuille est ajusté sur une base mensuelle.

Quel est le levier maximum ?

L’exposition du fonds étant soumise à un mécanisme de contrôle de la volatilité, le fonds peut avoir un effet de levier supérieur à 100% - plafonné à un maximum de 250% - ce qui peut amplifier les gains comme les pertes.

Quels sont vos objectifs de performance ? En termes de rendement ajusté du risque ?

DB Platinum IV Equity Risk Premia vient tout juste d’être lancé (au 30 octobre 2013). En termes de rendement ajusté du risque, nos simulations font état d’un ratio de Sharpe légèrement supérieur à 1. Compte tenu de notre objectif de volatilité annuelle à 6%, nous devrions atteindre un rendement annuel supérieur à 6%.

Quels encours visez-vous à un horizon 12 mois ?

A ce jour, l’encours de notre fonds s’élève à environ 45 millions d’euros. Nous avons reçu un fort intérêt des investisseurs institutionnels pour ce produit. De quoi légitimement penser que nous devrions franchir la barre des 100 millions d’actifs sous gestion dans un avenir relativement proche.

Next Finance , Décembre 2013

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Isabelle Bourcier : « Nos segments de croissance portent notamment sur les ETF Smart Beta et ISR »

Evolution du marché des ETF, impact de la réglementation, développement en cours chez BNPP AM…Next Finance fait le point avec Isabelle Bourcier, Responsable des gestions quantitatives et indicielles de BNP Paribas Asset (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés