›  Opinion 

Prix des denrées alimentaires : la filière agroalimentaire doit acquérir des compétences en gestion de la volatilité

Prix des denrées alimentaires : A quoi faut-il imputer la hausse du panier moyen des Français de + 4.4 % en 2011, relatée par l’observatoire annuel des prix de familles rurales ?

- A la hausse des coûts de l’énergie : les cours du pétrole sur New York sont passés de 90 USD/baril à 103 USD/baril entre le 1er janvier 2011 et aujourd’hui, soit 14 % de hausse. Pour être exact, considérons la parité Euro/USD : elle s’affichait à 1.3350 début 2011, contre 1.2800 ce jour. Traduit en euro, le baril sur New York est donc passé de 67.4 €/baril à 80.4 €/baril, soit une hausse de près de 20 %.

- A la hausse des charges dites « de structure » : les coûts liés à la main d’oeuvre ou encore ceux liés à la fiscalité et aux investissements, de plus en plus nécessaires pour répondre aux contraintes environnementales.

Si la faiblesse de l’euro renchérit d’une manière générale le coût des produits importés pour les consommateurs français, les causes citées ci-dessus n’expliquent pas l’intégralité de la hausse des produits alimentaires. L’une des raisons essentielles relève d’une insuffisance de prise en compte des besoins de gestion de la volatilité des prix par les acheteurs de la filière agroalimentaire.

En effet, en s’arrêtant sur l’évolution des cours des matières premières, on s’aperçoit que les cours ont certes diminué sur une base annuelle, mais qu’ils ont surtout fluctué, tout au long de l’année, pour atteindre un pic en début d’été 2011.

Les opérateurs de la filière agroalimentaire doivent donc acquérir les compétences en matière de gestion de la volatilité des cours des matières premières pour diminuer les impacts sur les prix à la consommation, dans les années à venir, pour les consommateurs.

A noter, quelques chiffres clés :

- Le blé s’affichait le 1er janvier 2011 à 252 €/T sur Paris. Au 1er janvier 2012, il s’affiche à 195 €/T soit un repli de plus de 22 %.

- Le café, sur le marché de New York, au 1er janvier 2012 le prix s’affichait à 225 cents/livre. Après un plus haut de 300 cents/livre cet été, aujourd’hui, il s’affiche sur le même niveau.

- Le sucre roux, sur New York, les cours s’affichaient à 33 cents/livre le 1er janvier 2011. Il s’affiche aujourd’hui à 23 cents par livre, soit un repli de 30 %.

Il en est ainsi pour la majorité des denrées alimentaires.

Michel Portier , Janvier 2012

Lire aussi

Juin 2011

Opinion Marchés agricoles : « Nous ne pourrons jamais combattre la volatilité »

Selon Michel Portier, directeur d’Agritel, les informations sont souvent connues sur les marchés agricoles, mais c’est le « weather market » qui devient déterminant et qui influe en dernier ressort sur les cours…

Novembre 2010

Opinion Les 7 facteurs de volatilité des marchés agricoles

La solution pour assurer un meilleur équilibre de la filière agricole ne consiste pas seulement à créer des instruments de couverture, mais aussi à limiter les causes structurelles qui en conditionnent le besoin...

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés