AVIVA Advertisement AVIVA
›  News 

Poursuite d’une tension inflationniste des prix des produits agricoles !

Le stress hydrique, qui a débuté très tôt, hypothèque la production de céréales. Ceci va renchérir sur le coût de l’alimentation du bétail, et donc de la viande sur l’étale de la ménagère…

« La sécheresse actuelle qui sévit en France, et d’une manière plus générale sur le nord de l’Europe, va venir tendre et compliquer une situation déjà rendue complexe l’an passé par l’absence de la Russie sur le marché des matières premières agricoles » est le premier constat réalisé par Michel Portier, directeur de la société Agritel et expert sur la gestion du risque des prix.

Alors que les prix des denrées alimentaires ont nettement progressé sur les 12 derniers mois, la situation se complique avec des bilans prévisionnels à venir, qui laissent craindre une poursuite de la tension inflationniste sur le panier de la ménagère, rubrique alimentation.

Situation inédite, des éleveurs se voient contraints d’entamer d’ores et déjà des réserves fourragères, normalement utilisées uniquement à l’automne, pour faire face à une pénurie d’herbe dans les pâtures. C’est une conséquence du manque de pluviométrie, dans de nombreuses régions où les précipitations du mois d’avril ont été inférieures de 80 % par rapport à la normale. Et cet expert poursuit : « Le stress hydrique, qui a débuté très tôt, hypothèque également la production de céréales. Ceci va renchérir sur le coût de l’alimentation du bétail, et donc de la viande sur l’étale de la ménagère ! »

L’autre impact de cette sécheresse, c’est la moindre contribution du secteur agricole dans l’excédent agroalimentaire de la balance commerciale française. Ainsi les exportations de blé lors de la campagne qui couvre la période juin 2010 à juin 2011 ont atteint un record de près de 13 millions de tonnes hors zone Euro. Et c’est le second constat de Michel Portier : « Cette année, dans le scénario d’une poursuite de l’épisode de sécheresse actuelle, nous pourrions voir ce chiffre à l’export diminuer de plus de 40 % ce qui représente un manque à gagner, uniquement sur le blé, de plus de 1 milliard d’euros. »

La volatilité sur le marché des matières premières agricoles est loin d’être finie et ce ne sont pas les mesures qui pourraient être prise lors de la présidence française au sein du G20 qui parviendront à modifier cela. « En effet les premiers intervenants sur le marché des matières premières agricoles ne sont pas les spéculateurs, mais bien les aléas climatiques. » tient à rappeler Michel Portier.

Next Finance , Mai 2011

Lire aussi

Avril 2011

Réglementation Matières Premières Agricoles : recommandations formulées à la présidence Française du G20

La position présentée par Paris EUROPLACE a associé toutes les parties prenantes des marchés financiers agricoles. Elle exprime leur vision consensuelle sur les moyens à mettre en oeuvre pour mieux encadrer ces marchés.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News La Société ontarienne de financement de la croissance recherche des gérants de fonds

Afin de soutenir la création du Fonds d’actions pour le secteur des technologies propres (Ontario), la Société ontarienne de financement de la croissance (SOFC) a publié une demande de déclarations d’intérêt pour trouver des gérants de (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés