AVIVA Advertisement AVIVA
›  Interview 

Philippe Goubeault : « Nous pourrions remplacer un gérant benchmarké par un indice de type ‘Smart Beta’ »

Selon Philippe Goubeault, Directeur Financier de l’Agirc Arrco, les stratégies « Smart Beta » peuvent d’ores et déjà s’intégrer dans les politiques d’allocation d’actifs des institutions Agirc et Arrco même si leur poids au sein des portefeuilles existants est, pour l’heure, marginal…

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Next-Finance : Quel est votre regard sur l’engouement actuel pour les stratégies « Smart Beta » ?

Philippe Goubeault : Les stratégies portant sur des indices « Smart Beta » s’intègrent dans l’engouement actuel pour la gestion quantitative. Ces indices dits « intelligents » font aujourd’hui partie de nos réflexions, dans la mesure où ils apportent de la valeur en tant qu’élément diversifiant dans la gestion de nos portefeuilles.

Dans quelle mesure ce type de stratégies pourraient intégrer votre allocation ?

Les stratégies « Smart Beta » peuvent d’ores et déjà s’intégrer dans les politiques d’allocation d’actifs des institutions Agirc et Arrco. Toutefois, leur poids au sein des portefeuilles existants est, pour l’heure, marginal. Nous sommes en effet qu’au début de notre réflexion en la matière.

De part nos contraintes réglementaires, les orientations et les organisations des gestions, les stratégies de type « Smart Beta » s’inscrivent dans notre allocation active.
Philippe Goubeault, Directeur Financier, Agirc Arrco

Remplaceriez-vous un gérant benchmarké par un indice de type « Smart Beta » ?

Oui, tout à fait, nous pourrions remplacer un gérant benchmarké par un indice de type « Smart Beta ». Cependant, il ne faut pas perdre de vue que cela ne peut être envisagé qu’à la marge, à l’heure où je vous parle.

Positionnez-vous le « Smart Beta » dans votre allocation active ou passive ?

De part nos contraintes réglementaires, les orientations et les organisations des gestions, les stratégies de type « Smart Beta » s’inscrivent dans notre allocation active. C’est par le biais de sociétés de gestion extérieures qu’elles peuvent être intégrées.

RF , Mars 2013

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Christian Lopez et Malik Haddouk : « Notre modèle se distingue aussi des risk parity multi-assets classiques qui ne prennent pas du tout en compte d’anticipations de performance »

Le modèle d’allocation de CPR AM permet de transformer les anticipations de performances, de volatilité et de corrélations suivant les différents scénarios de marché probabilisés en allocation tout respectant les contraintes...

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés