›  Opinion 

Perspective et solvabilité réelle des banques

Une banque universelle peut-elle faire faillite ? Une réponse objective, rigoureuse et professionnelle s’articule en trois temps : crédibilité des stress tests bancaires pratiqués - évaluation de réglementations prudentielles à venir - compréhension de l’évolution du business model bancaire

Article aussi disponible en : English EN | français FR

En tant que professionnel des marchés exerçant mes activités dans une banque, je suis naturellement très souvent sollicité tant d’un point de vue professionnel que d’un point de vue personnel sur la santé des banques. Et je me trouve souvent confronté à la question qui tue : une banque universelle peut-elle faire faillite ? La réponse est de mon point de vue non mais encore faut-il expliquer avec objectivité, rigueur et professionnalisme pourquoi. En essayant surtout d’éviter tout catastrophisme inutile et auto-réalisateur qui mettrait un établissement financier en difficulté ; en essayant également de ne pas tomber non plus dans l’autosatisfaction des dirigeants politiques et économiques parlant de solidité du système bancaire européen (il faut savoir que la solidité suppose une situation confortable en termes de liquidité et de solvabilité, ce que , nous allons le voir , des stress tests sérieux et crédibles devraient pouvoir objectivement évaluer)

Répondre donc à la question de savoir si les banques françaises en particulier et européennes en général sont solides doit se faire en trois temps :

Le meilleur moyen de verifier la sante des banques , c’est effectivement de metttre en place des stress tests bancaires serieux
Mory Doré

1. CRÉDIBILITÉ SUR LES STRESS TESTS BANCAIRES PRATIQUÉS

Ceci revient donc à tester la solvabilité des banques. En d’autres termes, ont-elles suffisamment de fonds propres pour continuer à développer leurs activités de prêts et pour faire face à de brutales dépréciations d’actifs ? Cela revient aussi à tester la liquidité des banques : stabilité des ressources clientèle et capacité à lever sans difficulté et à des spreads de liquidité « normaux » de la ressource de marché sous forme interbancaire ou sous forme d’émissions de titres de créance négociables type certificats de dépôts à court terme ou sous forme d’ émissions obligataires à moyen et long terme sur les marchés

Retour sur les stress tests bancaires - Juillet 2011

A l’image de ceux de juillet 2010, les résultats de stress tests publiés le 15 juillet 2011 par L’autorité bancaire européenne n’intègrent pas une réelle évaluation de la dimension systémique des crises de marché. Ce qui nuit à leur (...)

C’est un vrai dilemme en tout cas que ce type d’exercice :

- Si l’on stresse violemment des risques dits systémiques, alors on crée des phénomènes d’auto-réalisation et cela peut-être contreproductif. En effet, si les marchés avaient la conviction que le système bancaire dans sa globalité était insuffisamment capitalisé (donc affichant des ratios de solvabilité en deca des seuils réglementaires) et s’ils avaient surtout la conviction que les états les plus solides , le FMI , l’UE et les fonds de garantie crées récemment n’étaient pas en mesure de le resolvabiliser suffisamment , alors on se serait installé dans le cercle vicieux suivant : banques dans l’incapacité de continuer à prêter à l’économie et d’investir sur les marchés financiers pour cause d’insuffisance de fonds propres ; donc effondrement de l’économie réelle et chute de presque tous les actifs financiers ; donc hausse des provisions sur le compte de résultat des banques et nouvelles destructions de fonds propres , donc nouvelles menaces sur la solvabilité des banques.

- Cependant, si on ne le fait pas, on perd totalement en crédibilité et la confiance que l’on aura cherché à tout prix à sauvegarder, ne sera pas restaurée pour autant.

En réalité, la mise en place de stress transparents et crédibles suppose donc que l’on prenne quand même en compte la dimension systémique des crises (ce qui n’a jamais été réalisé). Il aurait fallu considérer aussi bien dans les stress test bancaires de 2010 que dans ceux de 2011 les deux types événements systémiques récents de l’histoire récente des marchés : le risque systémique bancaire et donc celui d’une crise généralisée de la liquidité ; le risque systémique souverain et ses conséquences sur le provisionnement des portefeuilles des banques et assureurs (crise de solvabilité) et surtout être beaucoup plus pessimiste sur les haircuts retenus. On sait, lors du récent plan de sauvetage grec, ces dépréciations ont été forfaitairement fixées à 21% du nominal pour les titres d’état grecs échéancés avant 2020 (21%, c’est ridiculement faible et se limiter à des positions arrivant à maturité avant 2020, c’est trop réducteur)

Au-delà du risque systémique souverain, il aurait fallu stresser la liquidité en volume et pas seulement en prix car c’est à ce niveau que l’on peut réellement tester la résistance d’une banque. Ceci signifie qu’actionnaires et analystes soient capables de juger au niveau des banques les éléments suivants

  • réserve en titres liquides, sécurisés et très bien notés de l’établissement et capacité de ces titres à être facilement négociables y compris dans des situations de marché perturbées
  • capacité de refinancement de l’établissement sur les marchés ou auprès de la banque centrale, ce qui suppose de pouvoir évaluer la richesse du collatéral mobilisable (titres et créances privées éligibles aux appels d’offres BCE ; créances hypothécaires et créances aux collectivités pouvant être adossées à l’émission d’obligations sécurisées)
  • stabilité des ressources à vue et de l’épargne de bilan longue collectée auprès de la clientèle
Les évolutions réglementaires doivent sécuriser le systeme bancaire
Mory Doré

2. ÉVALUATION DE RÉGLEMENTATIONS PRUDENTIELLES À VENIR

Il faut néanmoins faire, à ce stade, deux réserves.

- Le futur environnement Bale 3 protège certes la collecte et l’épargne des agents économiques en renforçant les contraintes des banques en matière de ratios réglementaires ; d’un autre coté il complique (on en reparlera) le financement de l’économie

- Les évolutions réglementaires risquent malheureusement d’être totalement inadaptées à la période économique qui nous attend ces 5-10 prochaines années : concurrence de plus en plus vive entre émetteurs publics et privés sur les marchés de capitaux ; réequilibrages sans doute violents des flux de capitaux internationaux avec une disparition progressive des excédents d’épargne des pays émergents. Nous allons donc rentrer dans un environnement réglementaire qui va devoir s’appliquer à une période économique 2013-2020 probablement peu appropriée à ce nouveau référentiel et qui aurait du s’appliquer à la période économique 2003-2007, période de trop faible aversion au risque et de non rémunération suffisante de certains risques avec des spreads de crédit ridiculement faibles sur nombre d’émetteurs bancaires et corporate.

Bâle III : les régulateurs négligent les dysfonctionnements des marchés

Les évolutions de notre environnement réglementaire (BALE 3) et la généralisation de normes comptables IFRS inadaptées ne vont pas permettre de résoudre les déséquilibres du système économique et financier international.

Ce qui est en tout cas certain, c’est que Bâle 3 va rendre le capital plus rare et plus cher avec des banques qui devront réglementairement et peut-être même économiquement détenir de plus en plus de fonds propres ; et qui devront financer les crédits à long terme par des ressources à long terme.

Les banques seront donc plus stables et plus solides mais ceci ne pourra se réaliser qu’au détriment de l’économie : avec un coût des fonds propres et de la liquidité plus élevés, les taux d’intérêt pratiqués à la clientèle ne peuvent que remonter et le prix des services bancaires ne pourra plus baisser

Dans le même temps, au-delà des recapitalisations nécessaires à la solidité du passif du bilan, il faudra veiller au niveau de l’actif du bilan à économiser des fonds propres en se renforçant sur les investissements faiblement consommateurs de capital (on pense aux titres d’état des pays les mieux notés même si ceux-ci deviennent de plus en plus risqués au détriment d’actifs corporate et émergents de qualité fondamentalement supérieure). Attention ; quand l’on commence à surinvestir sur telle ou telle classe d’ actif pour des raisons comptables ou de respect de ratios réglementaires et non pour des raisons purement économiques, l’on finit par créer des bulles génératrices de nouvelles crises. Décidément les régulateurs qui nous incitent à nous surexposer en dettes publiques aujourd’hui au-dessus de tout soupçon risquent d’avoir encore une « guerre » de retard

Ce qu’il faut surtout comprendre, c’est que le business model bancaire va fortement evoluer
Mory Doré

3. COMPRÉHENSION DE L’ÉVOLUTION DU BUSINESS MODEL BANCAIRE

- a. Tout d’abord le métier de base qu’est la transformation est remis en cause

Les nouveaux ratios prévus LCR (Liquidity coverage ratio) et NSFR (net stable Funding ratio) ont pour objectif de faire en sorte que l’adéquation entre la maturité des emplois accordés et celles de leur refinancement soit la plus forte possible.

Le LCR, qui devrait remplacer le coefficient mensuel de liquidité va mesurer la capacité d’un établissement à survivre à une période de stress intense d’une durée d’un mois et se calcule comme le rapport entre les disponibilités à 30 jours (constituées d’actifs hyper liquides) et les exigibilités à 30 jours.

Concilier transformation bancaire et réglementation prudentielle

la mise en place de nouveaux ratios de liquidité pourrait remettre en cause le métier de base de la banque, à savoir la transformation bancaire.

Le NSFR est le rapport entre le montant des financements stables et disponibles (fonds propres et ressources de maturité réelle supérieure à un an) et le montant estimé des besoins en financement de maturité supérieure à un an. La nécessité de maintenir un ratio emplois/ressources de financement à un an supérieur à 100% réduit considérablement les capacités de transformation des établissements et remet en cause le métier de base de la banque, à savoir la transformation des échéances et l’emploi à long terme de ressources empruntées à court terme.

La remise en cause de ce métier fort lucratif en période de courbe des taux pentue (ce qui est historiquement la plupart du temps le cas) va réduire la marge de transformation des banques (l’écart entre le rendement des crédits à long terme et le coût de la ressource à court terme) et donc fortement peser sur la rentabilité des banques. Tout cela pour dire que ce n’est pas la viabilité des banques et leur solvabilité qui est menacée mais leur rentabilité qui sera à n’en pas douter moins forte

- b. La nécessité de redévelopper de nouvelles formes de titrisation

On sait que la titrisation consiste à transformer certaines créances commerciales illiquides figurant à l’actif des banques en titres négociables et liquides. Avec cette technique, les établissements de crédit sortent des créances de leurs bilans : il y a donc transfert de risques, amélioration des ratios de solvabilité et retour de liquidité. On sait que dans le contexte des nouvelles réglementations à venir, le ratio de solvabilité est doublement pénalisé : du côté du numérateur (la notion de fonds propres prudentiels est devenue plus restreinte) et du côté du dénominateur (les risques sur les actifs pèsent plus lourd). La titrisation est donc un bon moyen pour réduire le poids du dénominateur et transférer les risques vers les acteurs des marchés. Encore faudra-t-il trouver des investisseurs capables de souscrire à des titrisations simples, transparentes et sans ressemblance aucune avec l’opacité et la complexité des titrisations des années 2005-2007. Et pour ce faire, le plus important sera de mettre en place des émissions qui auront su titrisé des créances, donc des revenus futurs, de qualité.

- c. L’évolution du business model des banques et leur plus grande sécurisation iront de pair avec l’instauration de nouvelles règles de la part des banques centrales

Leur rôle ne doit plus se cantonner à l’administration des taux directeurs et au pilotage de la liquidité bancaire. Il doit aussi s’articuler de plus en plus autour de cinq types d’interventions destinées à renforcer la stabilité du système bancaire. C’est ce à quoi nous assisterons de plus en plus fréquemment

  • Utilisation des réserves obligatoires (aussi bien sur les dépôts que sur les crédits), instrument très utilisé aujourd’hui par les banques centrales asiatiques
  • Mise en place d’un plafond pour le fameux ratio loan-to-value pour les prêts immobiliers afin de limiter le risque de solvabilité en cas de retournement du marché immobilier.
  • Dans la même logique, mise en place d’un ratio Service de la dette /revenu, ce qui devrait éviter d’accorder des crédits à des clients peu solvables. On se souvient en effet de la crise des subprime. Cette crise concernait un compartiment du marché immobilier américain destiné à une clientèle peu solvable dont le système fonctionnait sur la base de taux variables grâce à une garantie prise sur le bien financé. Cette situation était idéale lorsque deux conditions étaient réunies : hausse continue de l’immobilier et taux maintenus à bas niveau durablement ; que l’une de ces conditions disparaisse et alors le bel édifice s’écroulait
  • Surveillance de certains ratios et limites de bilan des banques (ratio de fonds propres, taille des ressources empruntées et niveaux des gaps de taux et de liquidité)
  • Surveillance des prises de risque excessives pour rétablir la rentabilité des fonds propres. S’ils conservent la même exigence qu’auparavant en termes de rentabilité des fonds propres, alors beaucoup d’intermédiaires choisiront, pour une même consommation de capital, les actifs les plus risqués. Donc il faudra finir par remettre en cause les normes actuelles de rentabilité de fonds propres dans ce secteur. On doit se souvenir que l’instauration du levier excessif et les prises de risque inconsidérées associées se sont inscrites dans cette course aussi folle qu’irréaliste vers des objectifs de rentabilité deconnéctés des fondamentaux économiques

Mory Doré , Septembre 2011

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion L’ubérisation des hedge funds par la gestion « Alternative Risk Premia »

Après les gérants traditionnels avec les ETFs, les gérants de hedge funds sont de plus en plus concurrencés par les fonds « Alternative Risk Premia » qui répliquent stratégies d’investissement similaires, à moindre coût et avec une liquidité (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés