AVIVA Advertisement AVIVA

Les prix des matières premières à un niveau plancher représentent des opportunités exceptionnelles

ETF Securities, l’un des principaux émetteurs indépendants de produits indiciels cotés (Exchange Traded Products ou ETP), estime que les marchés sont proches de leurs niveaux planchers constants les plus attrayants jamais atteints.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

La confiance est certes au plus bas, mais de nombreux indices convaincants pointent vers une hausse des prix en 2016, comme il a été rappelé aux délégués présents lors de la Conférence annuelle des investisseurs d’ETF Securities.

James Butterfill, Responsable de la recherche et de la stratégie d’investissement d’ETF Securities, a déclaré : « Si l’on examine le positionnement net des contrats à terme*, il est clair que nous nous approchons de la position la plus baissière de l’histoire.
Pour nous, cela indique que la tendance baissière est peut-être à son apogée. Il ne s’agit peut-être pas d’une occasion unique dans la vie d’un investisseur, mais au moins d’une occasion unique dans ce cycle économique.
 »

James Butterfill a précisé que la chute des cours était telle que de nombreuses matières premières se négocient à des prix inférieurs à leur coût marginal de production, contraignant les producteurs internationaux à limiter l’offre.

Parallèlement, la demande devrait rester stable (dans le pire des cas) et pourrait même repartir à la hausse, la baisse des prix du pétrole stimulant la croissance économique et les marges bénéficiaires des entreprises. James Butterfill a ajouté : «  Bien entendu, les marchés ne tiennent plus compte des fondamentaux, et seul le ressenti des investisseurs domine lorsqu’il s’agit de matières premières.
Mais ce ressenti suit manifestement l’évolution des cours, et l’histoire nous montre que dans un contexte de hausse des taux, les prix du brut et des matières premières industrielles s’orientent généralement à la hausse.
 »

James Butterfill a minimisé les craintes selon lesquelles le ralentissement économique général observé en Chine pourrait peser lourdement sur les matières premières. Il a souligné que la croissance de la consommation chinoise des 4 principaux métaux (aluminium, cuivre, zinc et plomb) se poursuit à un rythme de 8,5 % par an [1]. Il a précisé : « Les préoccupations actuelles – comme le ralentissement en Chine, les tensions au Moyen-Orient, la surchauffe des marchés d’actions et d’obligations et les risques de défaut des titres à haut rendement – ne sont pas vraiment nouvelles.
La seule inconnue, c’est l’issue de ces neuf années de taux d’intérêt incroyablement bas. Il ne s’agit peut-être pas d’une occasion unique dans la vie d’un investisseur, mais au moins d’une occasion unique dans ce cycle économique.
 »

James Butterfill a précisé que la chute des cours était telle que de nombreuses matières premières se négocient à des prix inférieurs à leur coût marginal de production, contraignant les producteurs internationaux à limiter l’offre.

Parallèlement, la demande devrait rester stable (dans le pire des cas) et pourrait même repartir à la hausse, la baisse des prix du pétrole stimulant la croissance économique et les marges bénéficiaires des entreprises. James Butterfill a ajouté : «  Bien entendu, les marchés ne tiennent plus compte des fondamentaux, et seul le ressenti des investisseurs domine lorsqu’il s’agit de matières premières. Mais ce ressenti suit manifestement l’évolution des cours, et l’histoire nous montre que dans un contexte de hausse des taux, les prix du brut et des matières premières industrielles s’orientent généralement à la hausse.  »

James Butterfill a minimisé les craintes selon lesquelles le ralentissement économique général observé en Chine pourrait peser lourdement sur les matières premières.

Il a souligné que la croissance de la consommation chinoise des 4 principaux métaux (aluminium, cuivre, zinc et plomb) se poursuit à un rythme de 8,5 % par an [2].

Il a précisé : «  Les préoccupations actuelles – comme le ralentissement en Chine, les tensions au Moyen-Orient, la surchauffe des marchés d’actions et d’obligations et les risques de défaut des titres à haut rendement – ne sont pas vraiment nouvelles.
La seule inconnue, c’est l’issue de ces neuf années de taux d’intérêt incroyablement bas.
 »

En réponse aux préoccupations concernant le rendement des dividendes, il a déclaré que certaines entreprises réduiraient leurs dividendes ce trimestre tandis que d’autres préfèreront opter pour une réduction de leurs dépenses d’investissement. « Le danger est qu’une baisse drastique des dépenses d’investissement nuise aux infrastructures futures et aux capacités de production des entreprises. Selon moi, il est plus logique de posséder le pétrole que les compagnies pétrolières.  »

ETF Securities est l’un des principaux émetteurs indépendants de produits indiciels cotés (ETP) et un précurseur reconnu dans ce domaine, notamment pour avoir créé le premier ETP adossé à l’or au monde. Le groupe offre aux investisseurs une exposition directe à un large éventail de variations de prix des matières premières par le biais de ses ETP classiques, ainsi qu’à une sélection croissante de produits assortis d’une exposition courte et avec effet de levier.

Next Finance , Février 2016

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Notes

[1] Source : WBMS (World Bureau of Metal Statistics), ETF

[2] Source : WBMS (World Bureau of Metal Statistics), ETF

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Marchés actions : Etre moutonnier en bourse peut s’avérer être une stratégie payante !

Etre moutonnier en bourse est rarement considéré comme une qualité... même s’il est aujourd’hui avéré que les actions qui ont obtenu de bonnes performances par le passé tendent à surperformer les autres actions sur la période qui suit. Alors, comment tirer parti de cette inertie des (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés