Les investisseurs institutionnels devraient se tourner vers la gestion active en 2018

Confrontés à de faibles taux d’intérêt et à des actifs à risque relativement surévalués, les grands investisseurs institutionnels mondiaux cherchent à se protéger contre le risque de ralentissement en maintenant le niveau de leurs liquidités et en augmentant, au cas par cas, leur allocation aux stratégies de gestion active, selon une nouvelle étude réalisée par BlackRock.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Tandis que 65 % des clients ne prévoient aucune évolution majeure de de leur poche de liquidités cette année, l’étude montre chez les investisseurs institutionnels un certain intérêt pour la gestion active, qui devrait s’exprimer à travers un éventail varié de classes d’actifs alternatives, dont les actifs illiquides et les hedge funds, ou encore les actions.

Réalisée auprès de 224 clients institutionnels du monde entier, pesant quelque 7 400 milliards $[1] d’actifs, l’étude révèle que les actifs illiquides ou réels, toujours favoris des grands investisseurs institutionnels, devraient être les grands gagnants en termes de flux. 60 % des investisseurs institutionnels prévoient d’augmenter leur allocation aux infrastructures et aux énergies renouvelables.

L’immobilier et le private equity ne seront pas en reste avec respectivement 42 % et 43% des investisseurs institutionnels interrogés comptant accroître leur allocation à ces classes d’actifs.

« Les clients ont l’intention de se repositionner sur les marchés privés et d’adopter d’autres stratégies de gestion très actives, signe qu’ils sont conscients de la persistance des risques mondiaux et qu’ils apprécient l’expertise des gestionnaires de portefeuille. Malgré une croissance mondiale synchronisée, la plupart des segments visés par les investisseurs institutionnels devraient produire, d’une manière générale, des rendements bien en-deçà de leurs objectifs », explique Edwin Conway, Responsable mondial de la clientèle institutionnelle chez BlackRock. « Il peut sembler paradoxal de maintenir les liquidités à leur niveau actuel et d’augmenter les placements auprès des gérants actifs. Cette double stratégie permet néanmoins à la plupart de nos clients de gérer le risque et de négocier des marchés potentiellement volatils ».

Les hedge funds en ligne de mire, la gestion actions active plébiscitée

Les hedge funds semblent regagner les faveurs des investisseurs qui anticipent en 2018 une hausse des flux qu’ils étaient cependant résolus à réduire en 2017. Un cinquième des investisseurs interrogés (20 %) prévoient d’augmenter leurs investissements dans les hedge funds.

Malgré les prévisions de recul global des investissements dans les actions, près d’un quart des institutionnels (24 %) comptent se repositionner sur la gestion active par rapport à la gestion indicielle, contre 16 % prévoyant de faire le contraire.

Le crédit privé prêt à capter des capitaux frais

Dans la chasse mondiale au rendement, les autres formes de financement, comme le crédit privé, restent attrayantes, plus de la moitié des investisseurs interrogés (58 %) prévoyant d’augmenter leur allocation à ce segment.

Plus largement, dans le crédit, les marchés émergents ont aussi la faveur des investisseurs, avec plus d’un tiers (37 %) des clients interrogés prévoyant de renforcer leur exposition à ce segment.

Un recul des placements « core » et « core-plus » (28 %) est globalement attendu, une tendance conforme aux résultats de l’étude d’une année sur l’autre.

Edwin Conway ajoute : « Le contexte actuel de performance historique des actifs devrait inciter les investisseurs institutionnels à opter pour des stratégies de gestion active de leurs portefeuilles cette année. Nos clients sont sensibilisés depuis plusieurs années maintenant à la nécessité d’adopter des stratégies alternatives en vue de diversifier les sources de performance et de compenser les faibles taux actuels. Voir nos clients continuer d’investir dans ces actifs nous conforte dans l’idée qu’ils finiront par devenir la norme pour les investisseurs institutionnels à la recherche de sources différenciées de rendements, d’instruments de couverture contre l’inflation et d’investissements contra-cycliques ».

Résultats de la Rebalancing Survey

Next Finance , 25 janvier

Article aussi disponible en : English EN | français FR

P.-S.

[1] Tous les actifs sont exprimés en USD.

[2] La variation nette est la différence entre le pourcentage de sociétés ayant l’intention d’augmenter leurs allocations et le pourcentage de sociétés ayant l’intention de les diminuer. Cette variation est un indicateur d’intention. En un seul chiffre, elle fournit une « note » simple des mouvements à l’intérieur d’une classe d’actifs particulière mais ne saurait être un indice des flux probables. Ce document contient des informations générales issues du Rebalancing Survey de 2018 et ne vise pas à exprimer des conseils en placement d’ordre général ou particuliers.

[3] Gestionnaire d’une/de plusieurs grandes fortunes

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés