AVIVA Advertisement AVIVA
›  Note 

Les investisseurs institutionnels prévoient davantage de changements dans leur allocation d’actifs au cours des deux prochaines années

Selon la nouvelle étude Fidelity® Global Institutional Investor Survey, les investisseurs institutionnels internationaux prévoient d’implémenter davantage de changements dans leur allocation d’actifs au cours des 12 à 24 prochains mois

Article aussi disponible en : English EN | français FR

72 % des investisseurs institutionnels devraient renforcer leur exposition aux actifs alternatifs illiquides

Selon la nouvelle étude Fidelity® Global Institutional Investor Survey [1], les investisseurs institutionnels internationaux prévoient d’implémenter davantage de changements dans leur allocation d’actifs au cours des 12 à 24 prochains mois (par rapport à 2012 et 2014).

Menée dans 25 pays auprès de 933 investisseurs institutionnels représentant un total de 21 000 milliards de dollars d’actifs investissables, l’enquête indique que les changements les plus importants devraient concerner les actifs alternatifs, les obligations domestiques et le marché monétaire. En effet, 72 % des investisseurs institutionnels interrogés déclarent qu’ils comptent augmenter leur allocation aux actifs alternatifs illiquides en 2017 et 2018, 64 % prévoient d’accroître leur exposition aux obligations domestiques, 55 % aux instruments monétaires et 42 % aux actifs alternatifs liquides.

Principales préoccupations

Les plus importantes préoccupations des investisseurs institutionnels concernent l’environnement de rendements faibles (30 %) et la volatilité des marchés (27 %). Leurs inquiétudes se sont accrues depuis 2010, où seulement 25 % des investisseurs interrogés avaient cité les faibles rendements et 22 % la volatilité.

L’enquête révèle également que la nature des préoccupations en matière d’investissement varie selon le type d’institutions : dans l’ensemble, la volatilité inquiète surtout les fonds souverains (46 %), les régimes de retraite publics (31 %), les compagnies d’assurance (25 %) et les fondations (22 %), tandis que les régimes de retraite privés se déclarent plus préoccupés par la faiblesse des rendements (38 %).

Des investisseurs toujours confiants

Malgré leurs inquiétudes, la quasi-totalité des investisseurs institutionnels (96 %) estime cependant qu’ils parviendront toujours à créer de l’alpha par rapport à leurs indices de référence pour atteindre leurs objectifs. La majorité d’entre eux (56 %) déclarent que la croissance du capital et du niveau de couverture de leurs engagements financiers demeure leur principal objectif d’investissement, soit presque autant qu’en 2014 (52 %).

En moyenne, les investisseurs institutionnels visent un rendement d’environ 6 %. De plus, ils pensent pouvoir générer un alpha de 2 % par an, dont la moitié proviendrait de décisions à court terme, comme la surperformance individuelle des gérants et l’allocation d’actifs tactique au cours des trois prochaines années.

Amélioration du processus décisionnel

Presque la moitié (46 %) des investisseurs institutionnels en Europe et en Asie ont modifié leur approche d’investissement ces trois dernières années, contre 11 % sur le continent américain. Le plus souvent, ces modifications consistaient à inclure de nouvelles perspectives (qualitatives et quantitatives) dans le processus décisionnel.

Concernant les aspects qualitatifs, au moins 85 % des investisseurs interrogés déclarent que le sentiment des membres du Conseil d’administration (90 %), la dynamique du Conseil d’administration (94 %) et la couverture médiatique (86 %) influent sur les décisions d’allocation d’actifs (avec un impact important dans un tiers des réponses).

Cette enquête montre que les investisseurs institutionnels ont une gestion plus dynamique de leurs portefeuilles, et qu’ils prennent plus de décisions d’investissement que par le passé. Toutefois, les investisseurs sont de plus en plus sensibles aux facteurs quantitatifs et qualitatifs dans leurs prises de décision et ce, au risque d’être submergés par trop d’information.

Pour faire face à ce flux croissant de données, les investisseurs institutionnels ont tout à gagner à poursuivre l’évolution de leur processus d’investissement. Une approche plus disciplinée permet de générer des résultats plus efficaces et réguliers, en particulier dans un environnement de rendement faible dans lequel les investisseurs seront amenés à modifier davantage leur allocation d’actifs et à se tourner vers les classes d’actifs alternatives.

Next Finance , Décembre 2016

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Notes

[1] Au cours de l’été 2016, Fidelity Institutional Asset Management a mené une enquête auprès d’investisseurs institutionnels : 933 investisseurs de 25 pays (174 régimes de retraite privés américains, 77 régimes de retraite publics américains, 51 organisations à but non lucratif et d’autres institutionnels américains, 101 régimes de retraite canadiens, 20 dans le reste de l’Amérique du Nord, 350 en Europe, 150 en Asie et 10 en Afrique, notamment des fonds de pension, des compagnies d’assurance et des établissements financiers). Les sondés représentent un total de plus de 21 000 milliards $ d’actifs sous gestion. L’enquête a été réalisée en association avec Strategic Insight, Inc. en Amérique du Nord, et le Financial Times dans les autres régions. Des directeurs généraux, directeurs des opérations, directeurs financiers et directeurs des investissements ont répondu à un questionnaire en ligne ou par sondage téléphonique.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés