AVIVA Advertisement AVIVA
›  Note 

Les dividendes à l’échelle internationale ont chuté au cours du 2ème trimestre suite à l’appréciation du dollar US

Les dividendes à l’échelle internationale ont chuté de 6.7% par rapport au 2ème trimestre 2014 pour atteindre 404,9 milliards de dollars US, soit une baisse de 29,1 milliards de dollars US selon la dernière édition du rapport de l’Indice Henderson des dividendes mondiaux (HGDI). Il s’agit de la troisième baisse trimestrielle consécutive, cette dernière est principalement due à la solidité du dollar US face aux principales devises mondiales.

Principaux points clés :

  • Les dividendes totaux à l’échelle internationale ont chuté de 6.7% pour atteindre 404,9 milliards de dollars US au cours du 2ème trimestre, la troisième baisse trimestrielle consécutive en raison principalement de la solidité du dollar US
  • Les dividendes ordinaires (après ajustement des effets de change et d’autres facteurs) ont progressé de façon encourageante (8,9%)
  • La majeure partie des dividendes de l’Europe hors Royaume-Uni sont payés au cours du 2ème trimestre. Les dividendes totaux ont chuté de 14,3% en raison principalement de la faiblesse de l’Euro
  • Les dividendes ordinaires ont progressé de 8,6% grâce notamment à l’Italie, les Pays-Bas et la Belgique
  • Les Etats-Unis restent le moteur de la croissance des dividendes mondiaux (+10% pour les dividendes totaux), avec le sixième trimestre consécutif de croissance à deux chiffres
  • Le deuxième trimestre est également une période importante pour le Japon. Les dividendes ont chuté de 7,1% en raison de la faiblesse du Yen alors que les dividendes ordinaires ont fortement progressé (16,8%) suite à l’augmentation des distributions et à la forte croissance des bénéfices
  • Les sociétés du secteur financier à travers le monde ont augmenté leurs dividendes, le secteur continuant de se remettre de la crise financière

Nous avons revu les prévisions pour 2015 à la hausse. Les dividendes à l’échelle internationale devraient désormais atteindre 1 160 milliards de dollars (contre 1 130 millions de dollars US auparavant) en raison du renforcement des dividendes ordinaires

Nous prévoyons donc une hausse de 7,8% des dividendes ordinaires et une chute de 1,2% des dividendes totaux en raison de la solidité du dollar US

L’Euro, le Yen et le Dollar australien ont perdu un cinquième de leur valeur par rapport au 2ème trimestre 2014 et la Livre sterling un dixième de sa valeur. La hausse du dollar US a entrainé une baisse de 52,2 milliards de dollars US des dividendes payés au cours du trimestre. L’Indice Henderson des dividendes mondiaux (HGDI) a atteint 155,1 à la fin de 2ème trimestre, en baisse de 4% par rapport à son plus haut niveau atteint en septembre 2014 (161,5).

La croissance des dividendes ordinaires, après ajustement des effets de change, des dates de paiement et des changements effectués au sein de l’indice et après déduction des variations de dividendes extraordinaires, fut encourageante (8,9%).

Le deuxième trimestre est dominé par l’Europe hors Royaume-Uni. Les tendances de la région influencent donc fortement les résultats du trimestre et expliquent largement la faiblesse des dividendes totaux. Les deux tiers des dividendes annuels de l’Europe sont payés au cours de cette période et les dividendes totaux de la région ont chuté de 14,3% (pour atteindre 133,7 milliards de dollars US), soit une baisse de 22,3 milliards de dollars US, la plupart des pays enregistrant des baisses à deux chiffres en raison de la forte dépréciation de l’Euro face au dollar US. L’effet de change négatif a atteint le montant historique de 29,5 milliards de dollars US au cours du trimestre. La croissance des dividendes ordinaires fut importante pour la région (8,6%), l’Italie, les Pays-Bas et la Belgique étant les pays dont les dividendes ordinaires ont le plus progressé suite à la solide performance du secteur financier. Les sociétés du secteur financier sur la région ont fortement augmenté leurs distributions, notamment Allianz en Allemagne.

Cette performance encourageante de la part du secteur s’inscrit dans la lignée des autres progressions enregistrées à travers le monde. Le conglomérat de transport danois, Moller Maersk a distribué un dividende extraordinaire important alors que la France, le plus gros payeur de la région, a vu ses dividendes ralentir (croissance de 2,3% des dividendes ordinaires et baisse de 20,2% des dividendes totaux), les fortes réductions effectuées par Orange et GDF Suez contribuant à ces résultats.

Les dividendes en Allemagne ont chuté de 16% pour atteindre 29,9 milliards de dollars US, mais les dividendes ordinaires ont pour leur part progressé de 6,6%, avec des résultats similaires de la part de l‘Espagne (-24,4% pour les dividendes totaux, +6% pour les dividendes ordinaires). En Suisse, les dividendes totaux ont chuté de 2.4% pour atteindre 17 milliards de dollars US, en raison de la faiblesse du Franc suisse. Les dividendes ordinaires ont progressé de 5,9%, la forte augmentation des dividendes d’UBS ayant contribué à la hausse des dividendes du secteur financier européen.

Une fois de plus, les sociétés américaines ont augmenté leurs dividendes rapidement, ces derniers progressant sur tous les secteurs. Les sociétés financières ont également enregistré une progression rapide, la Bank of America et Citigroup quintuplant leurs dividendes. Les dividendes totaux ont dans l’ensemble progressé de 10%, pour atteindre 98,6 milliards de dollars US et l’Indice Henderson des dividendes mondiaux des Etats-Unis a atteint un niveau historique de 186. Cette solide performance marque le sixième trimestre consécutif de croissance à deux chiffres. La croissance des dividendes ordinaires fut également solide (9,3%).

Le deuxième trimestre est également une période importante pour le Japon, celle-ci représentant quasiment la moitié des dividendes annuels. Les dividendes totaux ont chuté de 7,1% mais les dividendes ordinaires ont fortement progressé (+16,8%) pour atteindre 23,4 milliards de dollars US, la hausse des profits associée à une augmentation des taux de distribution poussant les dividendes à la hausse. Les sociétés japonaises répondent aux demandes d’augmentation des dividendes de la part des investisseurs et du gouvernement (ceux-ci étant relativement faibles comparés aux standards des pays développés). La Corée du sud fait partie des autres pays subissant le même genre de pressions, ce qui a poussé les dividendes ordinaires sud-coréens à la hausse (+37,4% par rapport au deuxième trimestre 2014), avec des augmentations impressionnantes de la part notamment de Samsung Electronics.

JPEG - 45.6 ko

Les dividendes du secteur technologique sont ceux qui ont progressé le plus rapidement, conformément à la tendance à long terme. Les dividendes totaux payés par les sociétés financières ont progressé de 0,3% par rapport au deuxième trimestre 2014, ce qui est de loin supérieur à la baisse de 6,7% enregistrée par les dividendes totaux à l’échelle internationale et qui témoigne de la progression rapide des dividendes ordinaires. Les dividendes payés par le secteur financier représentent un quart des dividendes annuels à l’échelle internationale et toute progression sur ce secteur est donc un élément important pour les investisseurs à la recherche de rendement.

Suite à la progression encourageante des dividendes ordinaires, Henderson a revu ses prévisions à la hausse pour 2015 de 29 milliards de dollars US. Les dividendes à l’échelle internationale devraient désormais atteindre 1,160 milliards de dollars US cette année, en baisse de 1,2% pour les dividendes totaux et en hausse de 7,8% pour les dividendes ordinaires. La solidité du dollar US face à l’ensemble des autres principales devises explique cette baisse négligeable des dividendes totaux.

Alex Crooke, Directeur, actions internationales à fort rendement chez Henderson Global Investors a déclaré : « La baisse enregistrée par les dividendes totaux peut sembler décevante mais elle masque la forte progression des dividendes ordinaires. La solidité du dollar US a eu une incidence importante sur les résultats de ce trimestre mais notre recherche montre que les effets de change ont un impact négligeable à long terme ce qui signifie que les investisseurs peuvent les ignorer. Au niveau sectoriel, les progressions enregistrées par les sociétés financières sont encourageantes, ces dernières commençant à augmenter leurs distributions. Il s’agit plutôt d’un retour à la normalité que d’un regain des distributions des sociétés financières.

Les Etats-Unis restent le moteur incontesté des dividendes à l’échelle internationale mais de nombreuses autres régions ont également progressé de façon positive, notamment l’Europe et le Japon. La situation économique en Europe s’améliore alors que la progression des taux de distribution, qui étaient historiquement relativement bas, est l’un des principaux moteurs pour le Japon et le reste du monde. Ceci signifie que la culture de dividendes se propage aux nouveaux marchés, au-delà des pays où le paiement d’un dividende aux investisseurs est déjà profondément ancré dans les mœurs, mettant en évidence les opportunités de revenus à la disposition des investisseurs adoptant une approche internationale. »

L’investissement international suppose certains risques et une volatilité accrue qui ne sont pas associés uniquement à un investissement sur le Royaume-Uni. Ces risques comprennent les fluctuations de change, une instabilité économique ou financière, le manque d’information financière opportune ou fiable ou des développements politiques ou juridiques défavorables.

Next Finance , Août 2015

Voir en ligne : Henderson Global Dividend Index Report

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés