AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Les consommateurs chinois sont les pionniers du numérique

L’optimisme des consommateurs chinois reste vigoureux grâce à des perspectives économiques stables. Cet été, l’indice de confiance des consommateurs chinois a atteint 114,6 points, son plus haut niveau en 20 ans.

Ces dernières années, la consommation chinoise a connu une véritable embellie. Une embellie essentiellement liée au fait que la croissance des salaires a surpassé le rythme de la croissance économique globale. Ce boom de la consommation ne concerne pas particulièrement les biens alimentaires de base qui sont largement produits en Chine, mais plutôt les biens de luxe et les importations. Cet été, le Bureau National des Statistiques soulignait que l’achat de SUV et de biens de divertissement enregistraient une croissance supérieure à celle du commerce de détail dans son ensemble.

Ce dynamisme de la consommation chinoise intègre une nouvelle composante : il semble être mené par un effet richesse lié à la hausse récente des prix de l’immobilier. Globalement, l’impact de cet enrichissement sur les prix n’était pas significatif avant 2016, puisque le prix des biens ne permettait alors de dégager de gains notables que dans les grandes villes où 8,9% de la population urbaine totale vivait tout au plus. Depuis, l’explosion des prix de l’immobilier a atteint les villes de taille moyenne et leurs villages satellites. Pris tous ensemble, ils représentent 63,4 % de la population urbaine chinoise. Cela signifie concrètement qu’une plus large part de la population chinoise en tire parti.

En termes structurels, le déclin progressif mais régulier du taux d’épargne chinois devrait aboutir à une participation croissante des consommateurs à la dynamique du produit intérieur brut (PIB). Une consommation plus élevée devrait être un facteur interne de renfort à la croissance du PIB, réduisant de fait la dépendance aux exportations. Dans cet environnement, le domaine de l’IT revêt une importance toute particulière. Il n’y a pratiquement aucune tendance IT récente qui n’ait d’abord pris de l’ampleur en Chine, contribuant en retour au développement énergique de la consommation. Les porte-monnaies électroniques tels qu’Alipay ou Wechat Pay, par exemple, sont devenus à ce point populaires en Chine qu’aujourd’hui les consommateurs utilisent ces portes-monnaies électroniques pour payer leur déjeuner, leur loyer, leur électricité ou même leurs courses au lieu de faire l’appoint en liquide ou de payer par carte bancaire.

Avec un poids avoisinant les 40%, le secteur des technologies informatiques est devenu le plus important de l’indice MSCI Chine. Rien que sur les huit premiers mois de l’année, ce secteur a, à lui seul, affiché une croissance de 71,93%, comparé aux 41,69% de l’indice chinois généraliste. Les innovations du secteur IT ont également abouti à une recrudescence du poids des secteurs des biens de consommation et financiers dans l’indice. Le top 10 des entreprises de l’indice MSCI Chine rassemble aujourd’hui des sociétés internet telles que Tencent Holdings, Alibaba Group, Baidu.com, Netease.com et le géant chinois du mobile China Mobile [1]. Avec des ETFs répliquant l’indice MSCI Chine, les investisseurs peuvent avoir accès au dynamisme d’un marché chinois qui se caractérise par un consumérisme croissant.

Houda Ennebati , 5 décembre

Notes

[1] Source : https://etf.deutscheam.com/de-DE/LU..., 16 novembre 2017

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés