AVIVA Advertisement AVIVA
›  Note 

Le smart beta se développe et gagne en sophistication dans un marché en constante évolution

Invesco PowerShares publie une nouvelle étude intitulée « Stratégies smart beta : un atout pour construire son portefeuille ? », qui examine les raisons de l’adoption du smart beta, les problèmes de mise en œuvre rencontrés par les utilisateurs actuels et leurs attentes pour les allocations futures.

Les défis des marchés rendent de plus en plus difficile pour les investisseurs professionnels, d’atteindre les objectifs de leurs clients. Les rendements sont faibles, la valeur est difficile à trouver et les horizons temporels des clients sont de plus en plus courts. Les stratégies smart beta ont le potentiel de répondre efficacement à certains de ces défis.

Invesco PowerShares publie aujourd’hui une nouvelle étude réalisée auprès de plus de 400 professionnels de la finance (gestionnaires de portefeuilles, directeurs des investissements, sélectionneurs de fonds, analystes financiers) de six pays européens (Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Suisse, Pays-Bas et France).

Cette étude, intitulée « Stratégies smart beta : un atout pour construire son portefeuille ? », examine les raisons de l’adoption du smart beta, les problèmes de mise en œuvre rencontrés par les utilisateurs actuels et leurs attentes pour les allocations futures.

Les résultats de l’étude montrent qu’environ un investisseur sur cinq parmi les professionnels interrogés, n’utilise pas encore le smart beta. L’enquête souligne que l’utilisation du smart beta augmente en Europe, et que les utilisateurs deviennent de plus en plus sophistiquées.

Comme l’explique Mike Paul, Head of EMEA d’Invesco Powershares : « La vie des investisseurs professionnels est de plus en plus difficile. L’horizon d’investissement des clients se réduit, les portefeuilles sont revus plus régulièrement et la gestion du risque devient tout aussi importante que les rendements dans un contexte incertain. Les stratégies smart beta ne sont pas la panacée, mais elles ont le potentiel pour aider à répondre aux défis actuels et à venir, tels que les faibles rendements et la difficultés à trouver de la valeur. Les utilisateurs du smart beta reconnaissent ses avantages : non seulement ils augmentent leurs allocations mais renforcent également leur sophistication avec le temps. »

Points clés du rapport :

  • Une approche à court terme est souvent privilégiée. Plus de trois quarts des interrogés ressentent l’obligation de construire un portefeuille performant à court terme Les demandes de reportings mensuels de performance sont également à la hausse. Dans ce contexte, les investisseurs professionnels se tournent de plus en plus vers le smart beta pour répondre aux objectifs d’investissement de leurs clients.
  • Les faibles rendements, le besoin de trouver de la valeur et la corrélation entre les actifs sont les défis majeurs identifiés par les investisseurs professionnels.
  • Nous constatons une connaissance approfondie du smart beta chez les utilisateurs. Au fur et à mesure qu’ils investissent dans ses stratégies, leur connaissance s’accroit : ils développent une expertise et abordent l’investissement de manière avertie. Leur approche évolue avec le renforcement de leurs connaissances : ils passent d’un mode d’allocation d’actifs traditionnel à une méthode basée sur le risque.
  • L’adoption des stratégies smart beta est un choix principalement proactif, basé sur la conviction et la volonté de diversifier son portefeuille. Ces deux facteurs ont été identifiés chez près de la moitié des utilisateurs. Ceux-ci devenant plus avertis, la conviction devient un élément clé dans le processus de décision, tandis que le désir de diversification y joue un rôle mineur.
  • Les stratégies recherchées par les utilisateurs évoluent. Pour les investisseurs retail en particulier, les stratégies de momentum, de qualité et multi-factorielles sont en pleine expansion : leur usage a presque doublé entre 2016 et 2017.
  • Même si la plupart des utilisateurs se concentrent toujours les actions, il existe un intêret croissant pour l’utilisation du smart beta dans le segment obligataire. Bien plus de la moitié des investisseurs institutionnels envisageraient d’avoir recours aux stratégies smart beta obligataires pour leurs allocations.
  • Les perspectives sont positives et le taux de satisfactions très élevé. Selon l’enquête, 97 % des utilisateurs déclarent que les allocations smart beta répondent à leurs attentes ou les surpassent. Trois utilisateurs sur quatre prévoient d’augmenter leurs allocations, et un plus grand nombre encore se dit prêt à recommander le smart beta à leurs collègues.
  • Bien que le smart beta se développe, les non-utilisateurs restent sceptiques. Plus de la moitié d’entre eux justifient leur réticence par leur nette préférence pour la gestion active.
  • La croissance future repose sur l’information, la communication et le développement des produits pour répondre aux défis du smart beta et aux interrogations des non-utilisateurs.

Mike Paul conclut : « Si les utilisateurs du smart beta sont très satisfaits de leur expérience et ont l’intention d’augmenter leurs allocations à l’avenir, ils n’en restent pas moins très exigeants. Si l’on veut répondre à leurs attentes, il est essentiel de continuer à informer, à proposer des produits innovants et à créer des partenariats avec les fournisseurs de fonds – particulièrement pour les obligations. Le smart beta est l’une des tendances phare du marché de cette dernière décennie, et nous pensons que ces stratégies jouent un rôle de plus en plus important dans la réalisation des objectifs d’investissement. Si l’on se fie à son succès récent, il est clair que le smart beta occupera à l’avenir une place centrale dans l’industrie de la gestion d’actifs en Europe. »

Next Finance , 14 novembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés