AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Le monde sera plus riche de 40% à l’horizon 2018

La richesse mondiale devrait progresser de près de 40% dans les cinq prochaines années pour atteindre 334 000 milliards de dollars US d’ici 2018. Les marchés émergents représenteront probablement 29% de cette croissance, la Chine comptant pour près de 50% de l’augmentation de la richesse des économies émergentes.

Selon le rapport de 2013 du Credit Suisse sur la richesse mondiale (Global Wealth Report), cette hausse sera principalement portée par la croissance des richesses dans le segment médian, mais le nombre de millionnaires devrait également fortement augmenter d’ici 2013.

La richesse mondiale a atteint un nouveau record en 2013 et devrait continuer à progresser dans les années à venir. Les marchés émergents constituent un segment de plus en plus important de l’économie mondiale et devraient représenter une plus grande part de la richesse mondiale. En outre, plusieurs économies à hauts revenus de la zone euro se relèvent à peine d’une récession alors que la dynamique de croissance dans d’autres pays développés est relativement saine.

Légère accélération de la croissance de la richesse mondiale

Depuis 2000, aux taux de change USD en vigueur, la croissance mondiale a progressé à un taux annuel de 6,2%, contre une croissance du PIB nominal de 6,6% selon les prévisions du FMI. Cela est en partie lié à la baisse des cours des actifs réels et financiers pendant la crise financière mondiale. Dans les cinq prochaines années, nous pensons que le taux annuel de croissance de la richesse atteindra 6,6% (+0,4%). Cela génèrera 93 000 milliards de dollars US de richesse mondiale supplémentaire d’ici 2018, soit une augmentation de 14 900 dollars US par adulte.

JPEG - 55.7 ko

Les Etats-Unis toujours en tête du classement

Les Etats-Unis resteront incontestablement en première position en termes de richesse cumulée, avec une fortune nette totale de près de 100 000 milliards de dollars US d’ici 2018. Aux cours actuels, cela correspond à environ 88 000 milliards de dollars US, soit une hausse de 23% par rapport à 2013. Le Japon restera probablement le deuxième pays le plus riche au monde jusqu’à ce que la Chine le rattrape, vraisemblablement autour de 2016. D’ici 2018, la richesse de la Chine devrait se rapprocher du niveau de richesse des Etats-Unis en 1993. La zone euro, qui représente actuellement 24% de la richesse mondiale, verra probablement sa contribution baisser à 23%. En termes de croissance absolue, la richesse de cette région augmentera toutefois de plus de 29% dans les cinq prochaines années, plaçant la zone euro au niveau des Etats-Unis en 2011.

Parmi les marchés émergents, le Brésil et l’Indonésie sortent du lot. Depuis 2000, la richesse du Brésil a triplé (soit un taux de croissance annuel de 10,4%) et la fortune nette de l’Indonésie a été plus que multipliée par six. Si ces rapides taux de croissance se maintiennent, la richesse cumulée de l’Indonésie atteindra le niveau des Etats-Unis au début du XXe siècle et la progression du Brésil sera équivalente à 18 ans aux Etats-Unis. La richesse de l’Inde va également fortement croître, ce qui, d’un point de vue historique, devrait l’amener du niveau des Etats-Unis en 1912 au niveau des Etats-Unis quinze ans plus tard (en 1927). Le récent ralentissement de la croissance dans ces pays, ainsi que la faiblesse de leur monnaie, impliquent des risques significatifs à la baisse pour ces prévisions.

En tête de liste

En termes de richesse par adulte, la Suisse, l’Australie et la Norvège devraient rester en tête du classement, les Etats-Unis demeurant parmi les cinq premiers. De grandes économies émergentes, comme le Brésil, la Chine, la Russie et l’Afrique du Sud, pourraient gagner de nombreuses places au classement des richesses en raison d’une croissance assez nette de leur PIB respectif. Parmi les grandes économies en développement, la richesse par adulte au Turkménistan et au Chili pourrait s’approcher des niveaux de certains pays développés comme la Slovénie et Malte.

Une plus grande contribution des marchés émergents à la richesse mondiale

Entre 2000 et 2013, la part des marchés émergents dans la richesse mondiale a presque doublé, passant de 12% à 21%, soit une augmentation de 0,7% par an. Le rythme de création de richesse dans les marchés émergents devrait continuer à s’accélérer par rapport aux pays développés, même si cette différence sera moins marquée dans les cinq prochaines années. La part de richesse des marchés émergents atteindra probablement 23% à l’horizon 2018, soit une hausse moyenne de 0,5% par an. Le taux annuel d’augmentation annoncé est de 9,1% pour les marchés émergents, contre 6,1% pour les pays développés.

JPEG - 33 ko

Parmi les grandes économies, la Chine pourrait être le principal gagnant en termes de croissance relative. Depuis 2000, la richesse chinoise a progressé de 13,3% par an et devrait continuer à augmenter à un rythme rapide de 10,1% dans les cinq prochaines années. La Chine représente 9,2% de la richesse mondiale, avec une hausse prévue à 10,7%. Les Etats-Unis pèseront moins lourd mais devraient tout de même représenter 29% de la richesse mondiale en 2018. La richesse va également augmenter rapidement en Inde, à un taux annuel de 9,3%, légèrement inférieur à la croissance de 9,5% affichée depuis 2000. Par adulte, la richesse de la Chine va progresser de 12 100 dollars US à 34 400, et celle de l’Inde de 1900 dollars US à 6600.

Les actifs financiers moteurs de croissance des richesses

La progression des richesses sera liée aux gains réalisés sur les actifs réels et financiers. Les actifs financiers ont représenté plus de la moitié de la richesse brute ces dix dernières années, mais l’effondrement des cours pendant la crise financière a fait baisser leur contribution à la richesse en 2008. Depuis, les actifs financiers ont fortement rebondi, affichant une hausse de 32% (6,4% par an) contre une progression de 23% (4,8% par an) pour les actifs réels. Nous pensons que les actifs financiers vont continuer à afficher de bonnes performances et prévoyons une hausse de 7,5% par an, contre une progression de 5% par an pour les actifs réels.

JPEG - 39.8 ko

Segment médian

Le segment médian de la pyramide des richesses (celui des personnes dont le patrimoine est compris entre 10 000 et 100 000 dollars US) devrait représenter 27,4% soit 1,4 milliard d’adultes d’ici 2018. 89% des 307 millions d’adultes qui intégreront le segment médian d’ici 2018 viendront d’Asie-Pacifique (y compris de Chine et d’Inde) et 58% de la Chine seule.

JPEG - 37.1 ko

Qui veut gagner des millions ?

Le resserrement de l’écart avec les économies émergentes est également mis en évidence par la présence croissante de ces dernières dans le segment haut de la répartition de la richesse mondiale. Nos prévisions suggèrent que le nombre de millionnaires à l’échelle mondiale pourrait dépasser 47 millions en 2018, ce qui représenterait une hausse de plus de 16 millions. Si le nombre de millionnaires dans les économies émergentes reste bien inférieur à celui des Etats-Unis (18,6 millions) ou de l’Europe (15,0 millions), il devrait néanmoins augmenter de manière significative dans les années à venir. Le nombre de millionnaires dans la région Asie-Pacifique devrait augmenter de 3,8 millions pour atteindre 9 millions d’ici 2018. En Chine, leur nombre pourrait presque doubler d’ici 2018, pour s’élever à 2,1 millions. Le nombre de millionnaires devrait également fortement augmenter en Amérique latine, pour atteindre près d’un million dans cinq ans, avec en tête le Brésil (+186 000) et le Mexique (+87 000).

Michael O’Sullivan , Richard Kersley , Octobre 2013

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés