AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

Le marché des commodities sera l’un des premiers à se relever !

C’est l’avis du cabinet de conseil Celent exprimé dans un rapport intitulé « Commodities Market : New Rules for a New Game »

En 2008, les marchés mondiaux des commodities ont atteint un volume de 15.3 milliards de dollars, avec 85 pour cent des opérations effectuées en OTC.

Dans le rapport intitulé « Commodities Market : New Rules for a New Game », Celent cabinet de conseil et de recherche s’est intéressé à la manière dont le marché des commodities a été affecté par la crise économique et les leçons à tirer par les différents intervenants.

Selon ses conclusions, il parait évident de modifier le fonctionnement de ce marché, de le rendre plus transparent et d’en diminuer l’effet de levier. Après la crise, les marchés des commodities fonctionneront dans un environnement plus réglementé, avec de plus en plus de transactions sur les marchés listés.

L’avenir du marché mondial des commodities dépendra de la relance de l’économie globale, mais il sera parmi l’un des premiers à se remettre de la crise économique. « Les Commodities possède un énorme potentiel en tant que classe d’actifs alternatifs », explique Ranjit Behera, analyste de Celent et co-auteur du rapport. « Les prix ont été durement touchés par la crise actuelle, mais c’est une opportunité unique pour les investisseurs, étant donné que les gouvernements investissent et dépensent massivement dans les infrastructures et les projets d’énergie ».

Selon le rapport, les CTAs constituent un support d’investissement idéal dans les commodities, plus transparents et plus réglementés, ils sont mieux à même de surmonter la crise.

Next Finance , Mai 2009

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés