›  Opinion 

Le feuilleton grec

Selon Swiss Life Banque Privée, il convient de relativiser les conséquences de la situation grecque sur les économies européennes, que toute baisse sensible doit être mise à profit pour renforcer l’exposition aux marchés actions et qu’il ne faut surtout pas sortir des marchés...

Eclairage de l’équipe de gestion de Swiss Life Banque Privée sur la situation en Grèce suite à l’annonce d’un référendum pour dimanche.

Dernier épisode ce week-end avec toujours les mêmes protagonistes et un Alexis Tsipras qui fait monter la pression et rompt de fait les négociations en annonçant un referendum pour dimanche prochain, la question restant floue ; pour l’instant, l’idée serait de se prononcer sur un ensemble de mesures, qui a, de fait, été rejeté.

De son côté, la BCE assure la liquidité des banques grecques jusqu’à dimanche et, si jamais on arrivait à une sortie de la Grèce de la zone euro, ce qui ne ressort pas des sondages, le préjudice serait plus à apprécier en termes d’exemplarité par rapport à d’autres états-membres qu’en termes financiers, vu de Bruxelles.

Athènes doit honorer une échéance demain (le 30 juin 2015) vis-à-vis du FMI, mais, si elle ne peut y satisfaire, elle ne sera pas officiellement déclarée en défaut avant un délai de quatre semaines.

Les négociations vont sans doute encore continuer en sous-main, ce qui explique la réaction des indices actions ce matin, alors qu’ils avaient repris environ 5 % la semaine dernière.

Il semble que le premier ministre grec veuille, par cette provocation, obtenir davantage de la zone euro ou trouver une porte de sortie honorable, étant donné qu’il a déjà exprimé son avis sur le referendum. En cas de démission du gouvernement actuel, des législatives seraient nécessaires, ce qui repousserait encore les échéances.

Si la Grèce sortait de la zone euro, elle subirait le même sort que l’Argentine, dont la devise était arrimée au dollar avant la crise et qui, aujourd’hui, ne trouve plus de créanciers internationaux pour lui prêter.

Nous pensons donc qu’il convient de relativiser les conséquences de la situation grecque sur nos économies, que toute baisse sensible doit être mise à profit pour renforcer l’exposition aux marchés actions et qu’il ne faut surtout pas sortir des marchés.

Sur les emprunts d’Etat, il n’y a pas de contagion de la situation catastrophique grecque aux taux de rendement des pays périphériques. Le taux de rendement du 2 ans grec est à plus de 36% et celui du 10 ans à près de 14%. Cette courbe des taux grecs inversée entraîne, sans panique, une tension d’une dizaine de points de base sur les courbes italiennes et espagnoles.

Nous conservons en conséquence notre vision toujours offensive d’achats sélectifs d’obligations d’entreprises et d’obligations à haut rendement, notamment les hybrides « corporates » et les perpétuelles financières.

La semaine à venir devrait être particulièrement volatile dans l’attente du referendum.

L’équipe de gestion de Swiss Life Banque Privée , Juin 2015

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion L’ubérisation des hedge funds par la gestion « Alternative Risk Premia »

Après les gérants traditionnels avec les ETFs, les gérants de hedge funds sont de plus en plus concurrencés par les fonds « Alternative Risk Premia » qui répliquent stratégies d’investissement similaires, à moindre coût et avec une liquidité (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés