›  Note 

« Le Marché des engrais et la volatilité »

La volatilité du marché des engrais, s’explique entre autres, par l’équilibre fragile établi sur le marché mondial, qui inflige aux opérateurs du marché français un risque de prix croissant qui se doit d’être mesuré et géré.

« A l’image des fortes fluctuations observées sur les marchés des grains, les cours des engrais connaissent des variations importantes qui se sont traduites par une augmentation de l’ordre de +60% sur les prix de l’azote en France entre juin 2010 et juin 2011. Cette volatilité, s’explique entre autres, par l’équilibre fragile établi sur le marché mondial, qui inflige aux opérateurs du marché français un risque de prix croissant qui se doit d’être mesuré et géré.

En effet, la France ne représente que 2% des consommations mondiales d’engrais, et pâtit donc des évolutions des cours en Mer Noire, en Chine, en Egypte ou aux USA.

D’un point de vue structurel, pour satisfaire les besoins d’une population mondiale de 9 milliards d’habitants à l’horizon 2050, l’agriculture devra relever le défi de l’augmentation de la productivité sur des surfaces agricoles limitées. Cela passera forcément par une intensification de la fertilisation, notamment dans les régions du monde où les doses appliquées sont encore nettement inférieures au 150 kg d’azote par hectare de céréales appliqués en Europe. Ainsi le bilan mondial en engrais est caractérisé par une demande structurellement en hausse, face à des disponibilités en matières première sans cesse remises en cause par les experts.

De plus, la demande en azote explose en Asie et en Amérique du Sud alors que plus de la moitié des réserves de gaz naturel sont concentrées sur la Russie, l’Iran et le Qatar. Les variations du prix du gaz naturel dans ces pays infligent forcément de la volatilité aux cours des engrais puisque le gaz représente 80% du coût de revient des engrais azotés.

L’Afrique du Nord détiendrait 32% des réserves mondiales de phosphate, or dans cette région sujette aux instabilités sociopolitiques, il n’est pas exceptionnel de connaître d’importantes restrictions de production.

Par ailleurs, les niveaux de prix des céréales déterminent les budgets à allouer aux intrants pour les campagnes suivantes. En 2010/2011, la demande en engrais a augmenté dans les principaux bassins de production agricole, tirant leurs cours à la hausse. Dans ce contexte, les prix des engrais sont clairement variables d’une campagne à l’autre au gré des bilans fondamentaux des éléments fertilisants, et en fonction des cours des principales commodities, énergétiques et agricoles.

Delphine Leconte , Octobre 2011

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés