AVIVA Advertisement AVIVA
›  Note 

Le Center for Applied Research de State Street révèle une évolution de l’ensemble du secteur financier : les investisseurs trouvent une source de valeur durable dans les placements ESG

Selon le rapport de State Street, l’ensemble (92 %) des investisseurs institutionnels interrogés souhaitent que les entreprises identifient explicitement les facteurs ESG qui affectent concrètement la performance.

Une enquête mondiale [1] auprès d’investisseurs institutionnels et privés, commanditée par State Street Corporation, indique que les barrières traditionnelles aux investissements répondant aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) disparaissent progressivement. Toutefois, un obstacle majeur subsiste : le manque de transparence, d’uniformité et de qualité des données.

Les conclusions du Center for Applied Research (CAR) de State Street, rédigées en collaboration avec le Professeur Robert Eccles, professeur invité à la Saïd Business School de l’Université d’Oxford, vont orienter le développement de solutions ESG au sein du groupe notamment le lancement imminent d’un ensemble d’outils d’analyse ESG et l’amélioration de la conservation des actifs grâce à l’analyse des données. Ces outils viendront compléter les stratégies d’investissement ESG que State Street Global Advisors (SSGA) gère depuis plus de 30 ans, incluant des filtres positifs et négatifs ainsi que les stratégies multi-actifs. SSGA travaille également en collaboration avec de grands investisseurs institutionnels pour intégrer les indicateurs ESG au sein de leurs stratégies de gestion active, et pour engager le dialogue avec les entreprises par le biais de son programme de bonne gestion des actifs (« asset stewardship ») afin de promouvoir des rendements durables sur le long terme.

Le rapport, intitulé The Investing Enlightenment : How Principle and Pragmatism Can Create Sustainable Value through ESG [L’investissement éclairé : Principes et pragmatisme peuvent créer une source de valeur durable par le biais de l’investissement ESG], montre que près de l’ensemble (92 %) des investisseurs institutionnels interrogés souhaitent que les entreprises identifient explicitement les facteurs ESG qui affectent concrètement la performance.

Pour 60 % d’entre eux, le manque de normes professionnelles pour mesurer la performance ESG pose un obstacle majeur à leur pleine intégration. Pour les investisseurs basés dans la région EMEA, les résultats correspondants sont de 92 % et 58 % respectivement.

L’enquête indique également que 46 % des investisseurs privés dans le monde souhaitent voir davantage d’entreprises publier leurs données concernant la performance ESG de leurs investissements (48 % des investisseurs privés en EMEA) et 46 % d’entre eux estiment avoir besoin de plus de données ESG provenant d’autres sources afin de prendre des décisions informées (41 % en EMEA).

« Nous sommes désormais entrés dans une nouvelle ère en matière d’investissement, caractérisée par l’emploi des marchés financiers comme moyen d’améliorer la société » a déclaré Lou Maiuri, Vice-Président Exécutif de State Street, responsable des activités Global Exchange et Global Markets. « La promesse de ce nouveau type d’investissement, basé sur les critères ESG, réside dans la transparence des données et l’implication des parties. Pour apporter une valeur à long terme aux investisseurs dans le contexte de marché actuel, il est tout aussi important de disposer d’un conservateur des données que d’avoir un conservateur de titres pour les actifs financiers. »

« À long terme, les questions environnementales, sociales et de gouvernance peuvent avoir un impact significatif sur la capacité de performance d’une entreprise » a déclaré Ron O’Hanley, Président-directeur Général de State Street Global Advisors. « Les investisseurs, en particulier ceux ayant un rôle fiduciaire, doivent considérer l’état du monde aujourd’hui, demain, et au-delà. Chez State Street Global Advisors, nous avons pour mission d’investir de manière responsable pour le compte de nos clients dans une perspective de durabilité, de prospérité économique et de progrès social à long terme. Les questions ESG s’inscrivent comme un élément essentiel à considérer pour réussir à atteindre cet objectif. »

Si les données et le manque de transparence continuent de faire obstacle à l’investissement ESG, l’enquête de CAR a montré que les nombreuses barrières traditionnelles à l’intégration ESG s’amenuisent :

  • Seuls 35 % des investisseurs institutionnels pensent que l’investissement ESG implique des rendements moins élevés (en région EMEA, 31 % des investisseurs institutionnels et 25 % des investisseurs privés pensent que l’investissement ESG se fait au détriment de la performance).
  • Seuls 10 % des participants à l’enquête (12 % en région EMEA) considèrent la responsabilité fiduciaire comme un obstacle à l’intégration ESG (en région EMEA, seuls 12 % des participants partagent cette opinion. En outre, 44 % des propriétaires et des gestionnaires d’actifs pensent que le concept de responsabilité fiduciaire est en train d’évoluer, encourageant davantage une intégration des critères ESG).
  • Près des trois-quarts des investisseurs (74 %) considèrent trois ans et plus comme un délai réaliste pour obtenir une surperformance des investissements ESG (76 % des investisseurs institutionnels en EMEA partagent cette opinion).

Pour aider les investisseurs à concrétiser plus facilement leur volonté d’intégration complète des critères ESG, State Street propose un ensemble de solutions comprenant des analyses de risque multifactorielles, par exemple des rapports sur l’exposition ESG.

Le groupe a également développé un modèle fondé sur sa recherche, permettant aux investisseurs d’intégrer avec succès l’ISR dans leurs stratégies d’investissement. Ce nouveau modèle s’articule autour des cinq actions suivantes :

  • S’approprier le sujet :
    • S’assurer du soutien décisif de l’équipe de direction et du conseil d’administration de l’organisation concernant les questions ESG ; les investisseurs particuliers doivent prendre leurs décisions d’allocation en fonction de ce qu’ils estiment important.
  • Eduquer les personnes concernées :
    • Organiser une formation sur l’investissement ESG dans l’ensemble des équipes d’investissement, en particulier pour les gestionnaires de portefeuilles sectoriels, les conseillers et analystes financiers.
  • Recueillir les données et solutions nécessaires :
    • Outre les demandes de données auprès des sociétés, soutenir les efforts de l’industrie pour accroitre la normalisation des données ESG, des exigences de reporting, et favoriser un dialogue pertinent entre les conseillers financiers et les investisseurs privés.
  • Incorporer un filtre d’importance :
    • Les décisions d’investissement doivent être fondées sur les questions les plus importantes et concrètes en matière d’ESG
  • Aligner les horizons de temps :
    • Ajuster les mesures de performance et la structure des incitations afin de refléter l’horizon de long terme des investissements ESG.

« Nous avons observé des progrès considérables chez les investisseurs dans leur compréhension de l’ESG ces quelques dernières années. Mais nous pensons qu’il reste une marge de progression pour passer de la sensibilisation à la pleine intégration dans le processus d’investissement » ajoute M. Maiuri. « Nous espérons que cette étude contribuera à une plus grande adoption et compréhension de l’investissement ESG. »

Next Finance , 29 mars

Notes

[1] L’étude s’appuie sur une enquête mondiale auprès de 582 investisseurs institutionnels, qui intègrent (ou prévoient d’intégrer) des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leur processus d’investissement, et auprès de 750 investisseurs privés, ayant ou non des placements ISR. Dans la région EMEA, les résultats de l’enquête institutionnelle représentent les opinions de 194 investisseurs institutionnels ; ceux de l’enquête menée auprès des particuliers concernent les opinions de 254 investisseurs privés.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés