La stratégie Global Macro a enregistré sa meilleure performance mensuelle depuis Février 2008

Les gérants Global Macro ont signé une performance exceptionnelle en Octobre. Leur positionnement relatif à l’économie américaine (long sur l’USD, court sur les actions et les obligations américaines) et leurs positions courtes GBP/USD ont porté leurs fruits. En un seul mois, la stratégie a effacé les pertes enregistrées depuis le début de l’année.

  • L’indice Lyxor Hedge Fund a gagné 0,9% en octobre, 6 des 10 indices Lyxor clôturant le mois en territoire positif.
  • Les gérants Global Macro ont signé une performance exceptionnelle en Octobre. Leur positionnement relatif à l’économie américaine (long sur l’USD, court sur les actions et les obligations américaines) et leurs positions courtes GBP/USD ont porté leurs fruits. En un seul mois, la stratégie a effacé les pertes enregistrées depuis le début de l’année.

>> Les marchés obligataires ont subi des pressions au mois d’octobre, les investisseurs redoutant des politiques monétaires moins conciliantes à l’avenir. D’une part, la Fed s’oriente de plus en plus vers une hausse des taux en décembre, tandis que les autres banques centrales ont adopté un ton moins accommodant. A cet égard, les rendements des bons du Trésor à 10 ans ont grimpé de 23 pb en octobre outre-Atlantique, soutenus par ailleurs par des données économiques robustes. En Europe, les rumeurs afférentes à un ralentissement du programme d’assouplissement monétaire ont entraîné une hausse des rendements à long terme (+28 pb pour le Bund allemand à 10 ans). Ces rumeurs se sont éteintes lors de la réunion de la BCE du 20 octobre, au cours de laquelle le président de l’institution, Mario Draghi, n’a évoqué ni la possibilité d’une extension, ni d’une réduction du programme. Au Royaume-Uni, les Gilts à 10 ans ont grimpé en flèche (+50 pb), la chute de la GBP ayant ravivé les craintes inflationnistes sur fond d’inquiétudes quant à un divorce difficile avec l’Union européenne. La perspective d’une divergence au niveau des politiques monétaires a entraîné une appréciation du dollar US par rapport aux autres devises majeures (+2,3% face à l’euro, +3,4% face au yen et +5,6% face à la livre sterling). L’évolution des actions mondiales a reflété les fluctuations des devises. Les actions européennes ont surperformé les marchés américains et émergents. Enfin, le pic inattendu des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis a entraîné un effondrement des cours pétroliers à la fin de la période. Les cours du Brent ont clôturé le mois à 48 USD le baril. En conséquence, les obligations européennes à haut rendement ont surperformé leurs homologues américaines.

>> Dans ce contexte, l’indice Lyxor Hedge Fund a réalisé un très beau parcours grâce à la performance spectaculaire des stratégies Global Macro et Fixed Income & Credit Arbitrage. En revanche, les CTA à long terme ont pesé sur la performance globale en raison de leur positionnement long obligataire.

>> La stratégie Global Macro a enregistré sa meilleure performance mensuelle depuis février 2008. En un seul mois, la stratégie a effacé les pertes enregistrées depuis le début de l’année, grâce aux positions courtes sur la GBP et l’EUR par rapport à l’USD ainsi qu’aux positions courtes obligataire. Les Gilts à 10 ans ont grimpé en flèche du fait de la dépréciation de la GBP, ce qui a soutenu les positions courtes sur obligations britanniques. La dispersion des rendements entre gérants est restée significative. Pour les gérants positionnés sur les marchés actions, la préférence pour les titres européens et japonais a constitué une source de gains.

>> Les gérants Credit Arbitrage ont signé une belle performance, soutenus par la reprise du crédit à haut rendement. Les gérants asiatiques ont tiré parti de leurs positions sur les valeurs énergétiques et bancaires. Les acteurs obligataires ont tiré leur épingle du jeu dans un environnement de hausse des rendements grâce à leurs positions courtes sur les obligations européennes, les rendements ayant grimpé en flèche sur fond de craintes relatives à une réduction de l’assouplissement quantitatif de la BCE.

>> La stratégie L/S Equity a clôturé le mois d’octobre en territoire positif. Néanmoins, les rendements des fonds ont été hétérogènes selon les régions. En Asie, la préférence des gérants pour les secteurs cycliques leur a permis de surperformer leurs pairs, les valeurs décotées ayant signé de solides résultats. Outre-Atlantique, les gérants ont adopté une attitude prudente à l’approche des élections américaines. Ils ont allégé leur bêta de marché et renforcé leur biais en faveur des secteurs défensifs. Leur exposition nette longue à la finance, à la technologie et à l’énergie leur a permis de générer de l’alpha. En revanche, les fonds européens ont accru leur exposition aux secteurs cycliques, notamment dans les secteurs de la finance et des matériaux de base.

>> Après un rebond significatif en septembre, les gérants Event Driven ont perdu du terrain. Les gérants Special Situations ont souffert de la volatilité observée à la fin de la période, essentiellement sur leur exposition au secteur de la santé. Les investissements sur les titres Allergan, Baxter et Shire ont été particulièrement pénalisants. Par ailleurs, les fonds Merger Arbitrage ont fait les frais de l’élargissement des spreads de transaction (Syngenta/ ChemChina, St. Jude Medical/ Abbott Labotaries, RiteAid/ Walgreen). A l’approche des élections américaines, leur positionnement reste prudent. Les gérants demeurent dans l’attente d’une meilleure visibilité politique avant de déployer leurs capitaux. De ce fait, leur exposition nette aux actions a été réduite. Les opportunités de déploiement de liquidités demeurent cependant importantes, notamment au vu des activités de fusions-acquisitions, qui ont atteint des plus hauts historiques en octobre.

>> Les CTA ont essuyé des pertes en octobre, la corrélation positive entre les actions et les obligations ayant pesé sur les performances des modèles à long terme. Leurs positions longues agressives sur les obligations allemandes et britanniques ont été particulièrement pénalisantes. Ils ont toutefois allégé leur positionnement au fil du mois, alors que les modèles à court terme ont opté pour une exposition neutre, ce qui leur a permis de tirer leur épingle du jeu dans un contexte de hausse des rendements. Dans l’ensemble, les CTA ont largement rééquilibré leurs portefeuilles de matières premières. Au sein de la poche devises, les modèles ont renforcé leur allocation longue à l’USD par rapport à l’EUR et à la GBP principalement. A cet égard, les opérations de change sont restées la principale source de gains en octobre.

« Nous conservons notre légère surpondération de la stratégie Event Driven, et notre préférence pour les gérants Merger Arbitrage. La stratégie peut selon nous faire face à des rendements obligataires plus élevés, car son exposition nette aux actions s’est atténuée dernièrement. Les gérants ont ainsi les coudées franches pour investir leurs capitaux lorsque des opportunités apparaissent. A cet égard, les données Bloomberg suggèrent que ce mois d’octobre a enregistré des niveaux historiques en termes d’activité internationale de fusions-acquisitions. Les opérations de fusions-acquisitions annoncées ont représenté plus de 470 milliards de dollars (ce chiffre ne prend en compte que les transactions dont la valeur excède 400 millions de dollars), l’activité de fusionsacquisitions américaine représentant 60% de l’activité totale. Le secteur des médias s’est révélé le plus actif, grâce à des opérations telles que la fusion de 108 milliards de dollars envisagée entre AT&T et Time Warner. Pourtant, à l’approche des élections américaines, la plupart des gérants Event Driven sont restés prudents et attendront une meilleure visibilité politique avant de déployer leurs capitaux. La stratégie devrait donc faire preuve de solidité si la volatilité des actions continue d’augmenter, ce qui se traduirait par des spreads de transactions plus larges et ouvrirait la voie à des déploiements de liquidités. » Philippe Ferreira, Stratégiste senior multi-actifs, Lyxor Asset Management.

Lyxor Research , Novembre 2016

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés