La gestion de la liquidité, priorité absolue des gérants et investisseurs

En collaboration avec l’AIMA, l’association mondiale représentant les gérants d’investissements alternatifs, State Street a publié un nouveau rapport indiquant que la diminution de la liquidité des marchés constitue un changement profond et durable pour près de la moitié des répondants à l’enquête...

Dans le contexte de marché actuel, la gestion de la liquidité constitue la priorité absolue des gérants d’actifs et des investisseurs institutionnels

En collaboration avec l’Alternative Investment Management Association (AIMA), l’association mondiale représentant les gérants d’investissements alternatifs, State Street a publié aujourd’hui un nouveau rapport indiquant que la diminution de la liquidité des marchés constitue un changement profond et durable pour près de la moitié (48 %) des répondants à l’enquête. Les réglementations issues de la crise financière de 2008, les taux d’intérêt historiquement bas et le faible taux de croissance de l’économie mondiale ont ensemble contribué à restreindre la capacité de nombreuses banques à assumer leur rôle traditionnel de teneur de marché, affectant par conséquent les conditions de liquidité du marché en général.

Plus de 60 % des répondants à l’enquête estiment que les conditions de liquidité du marché actuel ont affecté leur stratégie de gestion—près d’un tiers d’entre eux jugent cet impact important—et réévaluent actuellement la manière de gérer le risque dans leurs portefeuilles.

Plus généralement, ils s’adaptent à un environnement caractérisé par moins de liquidité dans lequel les rôles de courtage ont été transformés, de nouveaux intervenants ont fait irruption sur le marché, et les plateformes électroniques ainsi que le prêt de particulier à particulier modifient la manière dont les entreprises exécutent leurs transactions.

« Le renforcement de la réglementation et la pression pour maîtriser les coûts ont considérablement changé les conditions de liquidité sur le marché » a déclaré Lou Maiuri, vice-président exécutif, responsable des activités Global Exchange et Global Markets de State Street. « Ce nouveau paradigme de liquidité oblige de nombreux acteurs dans le secteur de la finance à porter de nouveau leur attention sur les fondamentaux, à savoir : le rôle qu’ils jouent, leurs choix d’investissement, et la manière dont ils exercent leur activité ».

S’il n’existe pas de stratégie applicable à toutes les situations pour équilibrer le risque et le rendement dans le contexte de marché actuel, les investisseurs et les gérants d’actifs s’adaptent au nouvel environnement en concentrant leurs efforts dans les trois domaines suivants :

- Rationalisation du risque : L’évolution de la liquidité engendre à travers le monde de sérieuses répercussions pour les investisseurs. Ces derniers cherchent à développer des stratégies et des outils appropriés, qui les aideront à réussir dans ce nouvel environnement complexe. Cela passe notamment par l’amélioration de la mesure et du reporting lié au risque de liquidité et la réévaluation de la gestion du risque dans leurs portefeuilles d’investissement.

  • Selon 42 % des personnes interrogées, en raison des nouvelles conditions de marché, il est plus difficile qu’auparavant d’établir des rapports sur leurs positions de liquidité destinés à leur conseil d’administration ou aux autorités de réglementation.
  • 44 % des personnes interrogées prévoient d’investir pour améliorer leurs capacités en matière de reporting du risque.

- Optimisation du portefeuille : Les investisseurs et les gérants d’actifs modifient actuellement leurs stratégies d’allocation afin de prendre en compte les nouvelles conditions de liquidité. Si certains types de fonds plus liquides comme les ETF, les fonds UCITS et les fonds conformes au « 40 Act » aux États-Unis ont gagné du terrain, il est essentiel de poursuivre une stratégie globale équilibrant le risque et la performance sur l’ensemble du portefeuille.

  • 53 % des gérants d’actifs et des investisseurs institutionnels prévoient d’ajouter à leur portefeuille des investissements plus liquides afin de maintenir leurs expositions.
  • 44 % d’entre eux augmentent le volume de leur allocation en cash pour couvrir de futures dettes ou rachats.

- Nouvelles règles, nouveaux outils : Les nouvelles conditions de liquidité du marché incitent de nombreux acteurs du secteur financier à investir dans de nouvelles solutions et plateformes, comme le prêt de particulier à particulier, qui apportent des sources de liquidité alternatives.

  • 49 % des répondants estiment que les institutions non-bancaires joueront un rôle de fournisseur de liquidité plus important, et 42 % d’entre eux pensent que cette tendance sera alimentée par les hedge funds.
  • Près de la moitié (47 %) estiment que les hedge funds joueront un rôle important pour apporter de la liquidité sur des marchés plus volatils.

« La liquidité restera probablement au cœur des préoccupations pour de nombreuses années à venir. Le moment est donc venu de trouver les stratégies, les outils et les solutions qui feront une différence durable dans ce nouveau climat d’investissement » conclut M. Maiuri.

« Les hedge funds et les autres gérants d’actifs répondent à des conditions de liquidité plus difficiles sur le marché en multipliant leurs recherches de nouvelles opportunités : ils renforcent leur rôle de teneurs de marché, fournissent de nouvelles sources de financement à l’économie réelle, et apportent leur soutien et leur expertise pour améliorer la gestion du risque de liquidité » a ajouté Jack Inglis, PDG de l’AIMA.

Next Finance , Novembre 2016

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés