AVIVA Advertisement AVIVA
›  Opinion 

La baisse des prix des matières premières change-t-elle la donne pour les marchés actions ?

La baisse du prix des matières premières en général et celle du pétrole en particulier va changer radicalement la donne pour les entreprises et les ménages en 2015. Celle-ci n’est pas encore prise en compte dans les attentes des bénéfices des entreprises pour 2015...

La baisse du prix des matières premières en général et celle du pétrole en particulier va changer radicalement la donne pour les entreprises et les ménages en 2015. Celle-ci n’est pas encore prise en compte dans les attentes des bénéfices des entreprises pour 2015 et réserve des bonnes nouvelles (consommation) mais également quelques mauvaises surprises (énergie) pour la seconde partie de l’année.

Du côté des entreprises, la baisse des matières premières représente une baisse de revenu pour celles qui les exploitent et les distribuent ; elle constitue également une baisse des coûts de production (dont l’énergie contribue autour de 7%) et donc une hausse des revenus pour celles qui les consomment.

C’est, par conséquent, une très bonne nouvelle pour la plupart des entreprises qui vont pouvoir (enfin) augmenter le salaire de leurs employés et accroître leurs dépenses d’investissement sans que cela n’ait un impact « trop » important sur leurs marges.

Du côté des ménages, on note aux Etats-Unis qu’une baisse du prix du baril de pétrole à 40$ implique un gain de 1,35 trillion de dollars pour tous les acheteurs (pays, entreprises, ménages). Si l’on prend uniquement en compte le cas américain, on constate qu’une baisse de 1$ à la pompe du gallon d’essence augmente le revenu disponible des ménages de 1 milliard de dollars ; sachant qu’il y a environ 100 millions de ménages, cela engendre un gain moyen de 1 000 $ par foyer (principalement vers les familles à bas revenus pour lesquels le poids du coût du transport est le plus important).

En conclusion, la baisse du prix des matières premières en général et du pétrole en particulier est une bouffée d’oxygène aussi forte qu’inattendue pour les marchés actions mondiaux.

Cyrille Collet , Janvier 2015

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés