AVIVA Advertisement AVIVA

Investir dans un monde multidevise

responsAbility choisit de libeller la plupart de ses véhicules de placement en dollars. Ce qui ne l’empêche pas d’investir dans 35 monnaies locales. Markus Beeler, responsable Product Management auprès de responsAbility, explique comment ce gestionnaire aborde la question des fluctuations des taux de change tout en tirant profit du potentiel des monnaies étrangères...

responsAbility choisit de libeller la plupart de ses véhicules de placement en dollars. Ce qui ne l’empêche pas d’investir dans 35 monnaies locales, dont le nombre tend à augmenter encore. Markus Beeler, responsable Product Management auprès de responsAbility, explique comment ce gestionnaire d’actifs spécialisé dans le secteur Development Investments aborde la question des fluctuations des taux de change tout en tirant profit du potentiel des monnaies étrangères.

responsAbility investit, par le biais de ses véhicules de placement, dans 36 monnaies différentes. Comment gérez-vous les variations de change ?

En principe, nous couvrons les risques de change contre le dollar, monnaie de nos fonds. Pour ce faire, nous recourons à des contrats à terme ou à des contrats d’option sur devises. Cette approche vise à stabiliser nos rendements. Or, c’est précisément ce que recherchent la majorité de nos clients, raison pour laquelle nous réduisons le risque de change au minimum.

Comment est-il possible de couvrir des monnaies aussi exotiques que le som kirghize ?

Bonne question ; nombre de monnaies « exotiques » utilisées dans les pays en développement ne peuvent pas être négociées sur le marché des devises conventionnel. En tant que spécialistes en Development Investments, nous collaborons avec des institutions dédiées dans ce domaine. Celles-ci offrent un service, qui permet aux investisseurs internationaux et aux prestataires locaux de solutions de microfinance de couvrir les risques de change lors de transactions transfrontalières effectuées dans des pays en développement.

Comme il n’existe pas, dans ces pays, de possibilité de les couvrir sur le marché commercial, ces institutions contribuent ainsi à leur développement économique. Nous utilisons cette infrastructure relativement nouvelle pour offrir à nos clients cibles du financement dans leur propre monnaie tout en nous protégeant contre le risque de change.

Quel est l’avantage d’être financés dans leur propre monnaie pour les bénéficiaires du financement ?

Les engagements des bénéficiaires de notre financement sont en monnaie locale. Comme ils se financent dans la même monnaie, ils n’ont pas à assumer en plus le risque de change. Dès lors, l’esprit libre, ils peuvent se consacrer entièrement à leur but, en investissant leur énergie dans la couverture des besoins fondamentaux de personnes à bas revenu.

Certains investisseurs ne souhaitent-ils pas profiter du potentiel des monnaies étrangères ?

En effet, certains clients, en particulier des investisseurs institutionnels, recherchent de tels placements, qui offrent un potentiel supplémentaire de rendement. Mais il est vrai aussi qu’ils ont une plus grande tolérance au risque.

Vaut-il la peine d’assumer les risques de change ?

Cela dépend dans une large mesure de l’horizon de placement. Typiquement, nous investissons dans des économies émergentes et des pays en développement à fort potentiel de croissance. A long terme, ces pays enregistrent un renforcement de tous les facteurs fondamentaux, tels que la formation d’un secteur financier, la consommation et, partant, la monnaie également.

Les placements dans de telles économies permettraient donc de réaliser également des gains de change, toutefois pas d‘un jour à l’autre, ni sans éviter des fluctuations de grande ampleur déclenchées par des crises et des corrections de cours.

Offrez-vous aussi des véhicules de placement exploitant ce potentiel ?

Des placements en actions se prêtent particulièrement bien à ce profil risque-rendement, car ils renoncent sciemment à couvrir le risque de change. A cet effet, nous proposons d’investir par une prise de participation. Mais là aussi, l’horizon de placement doit être suffisamment lointain pour pouvoir tirer parti du potentiel d’accroissement de la valeur à long terme de l’entreprise. Si en plus la monnaie évolue favorablement, ces placements peuvent devenir très intéressants.

Existe-t-il d’autres cas où, s’agissant de financement par l’emprunt, vous renoncez à couvrir la monnaie ?

Pour chaque investissement, nous recherchons, outre un rendement financier, un impact sur le développement.

Lors de financements par l’emprunt, l’effet du développement peut être certes élevé,mais le coût de la couverture de change est prohibitif. La décision se prend alors de cas en cas.

Si l’effet est très important, nous pouvons, à titre exceptionnel et à petite échelle, investir sans nous protéger contre le risque de change. Mais la proportion de telles opérations dans notre portefeuille se situe à un taux à un chiffre dans le bas de la fourchette.

Croissance des placements en monnaies locales à l’exemple du plus grand fonds en microfinance de responsAbility, 2007-2014

Next Finance , Mars 2015

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie « Smart Beta » et l’investissement à bas carbone

A l’occasion de la COP21 ERI Scientific Beta a présenté une série d’indices bas carbone qui réduisent l’empreinte carbone de l’indice grâce à un filtrage léger des titres ayant une empreinte carbone élevée tout en maintenant une exposition élevée à des primes de risque bien rémunérées et (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés