AVIVA Advertisement AVIVA
›  Produit 

Focus sur les actions chinoises

Le marché boursier chinois a été une des surprises de 2017. Début mars, les actions des marchés développés, rapportées en euros, on atteint leur sommet avant de perdre du terrain, tandis que les actions des pays émergents, notamment chinoises, ont continué de progresser à un rythme régulier. Fin août, le MCSI China progressait de 41,69 %...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Le marché boursier chinois a été une des surprises de 2017. Début mars, les actions des marchés développés, rapportées en euros, on atteint leur sommet avant de perdre du terrain, tandis que les actions des pays émergents, notamment chinoises, ont continué de progresser à un rythme régulier. Fin août, le MCSI China progressait de 41,69 %[1] depuis le début de l’année, dépassant nettement la performance des marchés développés et des autres marchés émergents. Le MSCI China a aussi réalisé une impressionnante performance de long terme en progressant de 188% depuis août 2006, malgré une très forte volatilité. [2]

Deutsche Asset Management a donc analysé en détail, dans sa série « Passive Insights », ce qui soutient cette impressionnante dynamique, et quelles opportunités – mais aussi quels risques – les investisseurs doivent avoir en tête quand ils investissent dans les actions chinoises.

Tout d’abord, en ce qui concerne les valorisations des marchés actions chinois, les cours ont fortement progressé ces derniers temps et le ratio cours / bénéfices prévisionnels est actuellement de 14,6x. Les valorisations aux Etats-Unis et en Europe sont néanmoins parfois plus élevées. [3] Par ailleurs, les entreprises chinoises cotées profitent d’une forte croissance de leurs bénéfices. D’après le consensus des analystes, les bénéfices par actions devraient augmenter de 14% cette année et de 15% en 2018. A contrario, les entreprises cotées américaines, japonaises et européennes devraient connaître l’an prochain un tassement de leur rentabilité. [4]

Les investisseurs pourraient toutefois se demander s’il existe encore des facteurs de progression des actions chinoises à moyen-long terme. Ici, deux éléments permettent d’être optimistes : la stabilisation du yuan face au dollar américain a permis l’arrêt des sorties de capitaux hors de Chine vers la zone dollar, et les peurs d’un atterrissage brutal de l’économie chinoise se sont réduites.

Par ailleurs, l’intégration très débattue des actions A de Shanghai et Shenzhen au sein des indices boursiers émergents pourrait profiter aux performances de l’indice MSCI Emerging Markets, qui est le principal indice des marchés émergents. Pas moins de 450 actions A chinoises de large ou mid-cap sont désormais inclues dans l’indice. Les investisseurs exposés à l’indice MSCI EM pourraient investir jusqu’à 340 milliards de dollars sur ces actions. Cela pourrait mener à une plus grande efficience du marché, une volatilité plus basse et un renforcement de la présence des investisseurs institutionnels sur le marché des actions chinoises.[5]

Les ETF pourraient être une bonne manière de participer aux opportunités du marché actions chinois. Toutefois, les investisseurs doivent comprendre les particularités de ce marché. D’après l’entreprise China Securities Index Co, actuellement, plus de 3 000 actions sont cotées sur les marchés boursiers de Shanghai et de Shenzhen.[6] Pendant un long moment, les actions A cotées en yuans étaient réservées uniquement aux investisseurs chinois. Cependant plus récemment, fin 2011, avec le lancement du programme Renminbi Qualified Foreign Institutional Investor (RQFII), des ETF physiques ont pu être lancés pour fournir aux investisseurs étrangers un accès direct aux actions chinoises. Deutsche Asset Management, avec son entreprise partenaire Harvest Global Investments, a créé le premier ETF "actions A" en Europe sur le marché boursier allemand en 2014.

En plus des actions A, il existe également les actions H, de plus petite capitalisation, cotées sur le marché boursier de Hong Kong. Ces actions, cotées en dollars hongkongais, étaient jusqu’ici les seules destinées aux investisseurs étrangers. Des indices comme le MSCI China – ou l’indice FTSE China 50 – sont encore principalement constitués d’actions de Hong Kong et donc des plus petites capitalisations de l’univers des actions chinoises. Avec l’intégration des actions A au sein de grands indices, cette situation pourrait vite évoluer. [7]

Aymeric Blanc , Houda Ennebati , 14 novembre

Article aussi disponible en : English EN | français FR

P.-S.

[1] MSCI China NTR USD Index Performance. La performance passée n’est pas une garantie de résultats futurs. Les prévisions sont basées sur des hypothèses, des estimations et des modèles hypothétiques ou analyses qui peuvent s’avérer être erronés. Ceci n’est pas un produit de Deutsche Asset Management, mais un indice de marché. Source : Bloomberg Finance L.P. Au 31.08.2017.

[2] Source : Passive Spotlights : Chinese Equities : Will flows follow performance ? Wertentwicklung lt. Bloomberg Finance, 8.9.2017

[3] Source : Bloomberg Finance, 8.9.2017

[4] Source : Bloomberg Finance, 8.9.2017

[5] Source : MSCI Inc.

[6] http://www.csindex.com.cn/en/indice...

[7] La performance passée n’est pas une garantie de résultats futurs. Les prévisions sont basées sur des hypothèses, des estimations et des modèles hypothétiques ou analyses qui peuvent s’avérer être erronés

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Produit L’investissement factoriel n’est pas une classe d’actifs, mais une philosophie

Dans l’ensemble, l’investissement factoriel, qu’il soit dans le cadre d’une approche à facteur unique ou multifactorielle, n’est PAS une classe d’actifs, mais plutôt un outil de discussion qui permet aux investisseurs de convertir des recherches académiques en de véritables (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés