›  Opinion 

Faire mentir Malthus... et aller au Salon de l’agriculture

Au XVIIIe siècle, Thomas Malthus estimait que de grandes famines seraient inévitables, les ressources limitées de la terre ne pouvant indéfiniment nourrir une population à la croissance exponentielle. Les faits lui ont jusqu’ici donné tort. La population continue de croître et, pourtant, les famines sont moins fréquentes...

Pourra-t-on encore faire mentir Malthus ?

Au XVIIIe siècle, Thomas Malthus estimait que de grandes famines seraient inévitables, les ressources limitées de la terre ne pouvant indéfiniment nourrir une population à la croissance exponentielle.

Les faits lui ont jusqu’ici donné tort. La population continue de croître et, pourtant, les famines sont moins fréquentes.

Mais, comme le montre le graphique ci-dessous, la demande en produits agricoles croît aujourd’hui plus vite que la population. Et la constante réduction des terres arables, le manque toujours plus criant d’eau dans certaines régions et la diffusion de la pollution donnent une nouvelle vigueur aux arguments malthusiens.

Evolution de la demande pour les quatre principaux produits agricoles (millions de tonnes)

Selon Jones Enterprises, société exploitant plus de 25 000 hectares aux Etats-Unis et au Brésil, « l’agriculture de précision » devrait rapidement porter ses fruits.

La société Trimble, par exemple, développe des outils d’analyse topographique et chimique des sols permettant d’optimiser la distribution d’eau et d’engrais et de planter les graines à la bonne profondeur. Certains tracteurs peuvent même être chargés avec plusieurs types de graines d’un même végétal et les distribuer alternativement selon la composition du sol. La rentabilité des surfaces arables en sera largement augmentée.

L’agriculture hors sol, de son côté, permet de cultiver des surfaces sur plusieurs étages. Les villes pourraient ainsi produire une partie de leur alimentation.

Frédéric Rollin , 27 février

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Smart Beta et psychologie

En français, l’expression « Smart Beta » sonne comme un oxymore. Que pourrait-il y avoir de smart à appliquer toujours la même stratégie, alors que les marchés sont versatiles ? Un gérant, avec sa capacité à analyser l’évolution du contexte de marché, devrait bien réussir à faire mieux (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés