›  News 

En France, les fusions-acquisitions démarrent fort en 2017 malgré un climat politique difficile

Selon le Deal Flow Predictor Intralinks, un indice prévisionnel précis des fusions-acquisitions (M&A) à venir, le nombre total de M&A annoncées dans le monde au 1er semestre 2017 devrait progresser de 6 %, par rapport au même semestre en 2016. Il s’agit d’un nouveau record de croissance pour cette période.

« Signe d’une confiance maintenue dans les fusions-acquisitions, le taux de croissance des activités de fusions-acquisitions en phase initiale est resté stable malgré la victoire (inattendue) de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine et la décision (attendue) de la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) de relever ses taux d’intérêt d’un quart de point de pourcentage, » explique Matt Porzio, vice-président, Stratégie et marketing produit M&A, Intralinks. « Depuis 3 ans, les activités de fusions-acquisitions profitent de conditions favorables, liées à une inflation mondiale basse, une croissance économique décevante et des taux d’intérêt particulièrement bas. »

LA FRANCE ET L’EUROPE MAINTIENNENT UNE DYNAMIQUE POSITIVE

Au 2ème semestre 2016, la France avait enregistré de bonnes performances, avec une augmentation du nombre de projets de 13% au 3ème trimestre et de 28% au 4ème trimestre, comparé aux mêmes périodes l’année précédente.

Pour Philip Whitchelo, VP Strategy et Product Marketing chez Intralinks, l’année 2017 s’annonce tout aussi positive : « Les professionnels des fusions & acquisitions en France semblent ne pas tenir compte de la croissance molle et du contexte politique incertain, notamment lié à une possible victoire de Marine Le Pen, candidate anti-UE et anti-globalisation, qui pourrait entraîner une renégociation des traités ou une procédure de sortie de l’Union Européenne. Les projets de fusions & acquisitions en phase initiale en France ont augmenté de 28% d’une année sur l’autre, soit la croissance la plus rapide de toutes les grandes économies européennes. Cette augmentation a été portée par les secteurs de la vente au détail & des biens de consommation, de la finance et des TMT (telecom, media & technologie) qui ont été particulièrement actifs. »

Les performances de la France s’inscrivent dans une dynamique positive de la zone EMEA au 4ème trimestre, dont l’activité de M&A en phase initiale a augmenté de 9%. En plus de l’Hexagone, plusieurs pays ont enregistré une croissance à deux chiffres : Espagne (24%), Allemagne (17%), Italie (15%). Le Royaume-Uni, plus important marché de fusions-acquisitions d’Europe, se pose en exception avec une chute de 2%.

Dans la zone EMEA, les trois secteurs qui devraient enregistrer la croissance la plus importante au 2ème trimestre 2017, en comparaison avec l’année précédente, sont les biens de consommation & la vente au détail, les TMT (Technologies, Media et Télécoms) ainsi que l’énergie.

2017 – UNE ANNÉE RECORD DANS LE MONDE ?

L’activité de M&A en phase initiale au 4e trimestre 2016, un indicateur des transactions qui seront annoncées au 2e trimestre 2017, présente un taux de croissance de 7 % en glissement annuel à l’échelle mondiale. Cette hausse d’activité est due au nombre accru de transactions en phase initiale dans trois régions du monde sur quatre : Asie-Pacifique (jusqu’à 44 %), Amérique latine (jusqu’à 11%) et Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA, jusqu’à 9 %). En Amérique du Nord, le nombre de M&A en phase initiale a diminué de 5 %.

Les prévisions du Deal Flow Predictor d’Intralinks sur les M&A par région sont les suivantes :

  • 1. En Asie-Pacifique, le nombre de M&A annoncées augmentera en glissement annuel au 2e trimestre 2017, la plus forte croissance étant prévue pour l’Inde, le Japon et l’Asie du Sud-Est. Les trois secteurs d’activité qui connaîtront les taux de croissance en glissement annuel les plus élevés en Asie-Pacifique au 2e trimestre 2017 sont la finance, ainsi que la santé.
  • 2. En Amérique latine, le nombre de M&A annoncées augmentera en glissement annuel au 2e trimestre 2017, la plus forte progression étant prévue pour le Mexique et l’Argentine. Au Brésil, le nombre de transactions devrait rester stable, ou diminuer légèrement. Le marché chilien devrait connaître un déclin. Les deux secteurs d’activité qui connaîtront les taux de croissance en glissement annuel les plus élevés sont l’immobilier et la santé.
  • 3. En Amérique du Nord, le nombre de M&A annoncées diminuera en glissement annuel au 2e trimestre 2017. Les secteurs d’activité contribuant à ce déclin sont l’énergie, les produits industriels, ainsi que les biens de consommation et la vente au détail. Les trois secteurs dont le nombre de M&A continuera de croître au 2e trimestre 2017 sont la santé, les matériaux et la finance.

L’indice Intralinks Deal Flow Predictor anticipe les évolutions du volume mondial d’opérations de fusions-acquisitions à venir en surveillant le nombre de M&A en phase initiale, c’est-à-dire de transactions de vente en préparation ou en phase de « due diligence ».

En moyenne, ces transactions sont annoncées publiquement au cours des six mois suivants. Une étude indépendante confirme la fiabilité des prévisions du Deal Flow Predictor d’Intralinks sur le nombre de transactions M&A annoncées. Source : Thomson Reuters.

Next Finance , 27 février

tags

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News La Société ontarienne de financement de la croissance recherche des gérants de fonds

Afin de soutenir la création du Fonds d’actions pour le secteur des technologies propres (Ontario), la Société ontarienne de financement de la croissance (SOFC) a publié une demande de déclarations d’intérêt pour trouver des gérants de (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés