AVIVA Advertisement AVIVA
›  News 

Deutsche Asset Management intègre le degré d’exposition des entreprises industrielles aux évènements climatiques extrêmes

Une cartographie de la localisation des entreprises et de leur exposition aux catastrophes naturelles a été réalisée pour la première fois afin de guider les investisseurs

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Le risque climatique et ses conséquences constituent une menace sérieuse à intégrer dans les stratégies d’investissement

Une approche innovante de la gestion du risque climatique a été développée par Deutsche Asset Management en partenariat avec le cabinet de conseil californien Four Twenty Seven, spécialisé sur le risque climatique.

Four Twenty Seven a cartographié les sites de plus d’un million d’entreprises à travers le monde et utilisé les modèles scientifiques de risque climatique pour évaluer les probabilités que ces sites soient touchés par des aléas climatiques comme les vagues de chaleur, les inondations et les cyclones. Cela signifie que l’exposition de chaque entreprise aux évènements climatiques peut être désormais calculée.

C’est la première fois que la localisation des sites des entreprises et leur exposition aux évènements climatiques a été cartographiée pour des investisseurs. Deutsche Asset Management est désormais en mesure d’intégrer la note de « risque climatique » d’une entreprise au sein des nouveaux produits d’investissement et d’évaluer les incidences des évènements climatiques pour chaque entreprise au sein des portefeuilles.

La méthodologie identifie et catégorise l’emplacement, l’activité et la sensibilité au business des installations et des entreprises par rapport aux aléas climatiques.

Les modèles scientifiques sur le climat sont ensuite appliqués afin d’évaluer l’exposition géographique aux risques climatiques. L’impact sur l’activité de ces derniers est évalué à partir de ces opérations, prenant notamment en compte la chaîne d’approvisionnement et le risque de marché.

Les données peuvent être analysées pour regarder, par exemple, dans quelle mesure la montée du niveau de la mer pourrait affecter les infrastructures côtières et offshores des sites pétroliers et gaziers, des inondations pourraient désorganiser les chaînes d’approvisionnement ou une vague de chaleur extrême pourrait perturber la productivité du travail dans l’agriculture et l’industrie.

« La mise à disposition de ces nouvelles données sur le risque climatique physique constitue une étape majeure dans la prise en compte de ce risque sérieux et croissant auprès des investisseurs. Le facteur climatique est désormais une préoccupation centrale et nous pensons en effet qu’il est nécessaire que les professionnels de la gestion divulguent les risques climatiques permanents et exceptionnels des entreprises dans lesquelles ils investissent. Nous avons le devoir de comprendre ce que signifie la multiplication des ouragans ou des vagues de chaleur en terme de valorisation et de retours sur investissement » déclare Nicolas Moreau, responsable de Deutsche Asset Management.

Cette nouvelle approche, et la menace concrète que constitue la question du climat pour les portefeuilles d’investissement, est décrite dans un mémoire de recherche publié par la société Four Twenty Seven et Deutsche AM et qui a été présenté alors que s’ouvre la conférence sur le climat COP23, à Bonn.

Ce procédé met en avant la notion de risque physique, donnant un aperçu crédible de la vulnérabilité des sites de production et de distribution des entreprises face au risque climatique. Des paramètres comme la montée du niveau de la mer, les sécheresses, les inondations ou les ouragans constituent une menace immédiate et mesurable pour les portefeuilles d’investissements.

Si aucun endroit sur la planète n’échappe potentiellement au risque climatique, le mémoire de recherche présente toutefois l’Asie comme une zone particulièrement vulnérable. 5 personnes sur 6 exposées aux zones présentant le risque climatique le plus élevé habitent en Asie. Ainsi, 145 millions d’habitants vivent, en Chine, dans une zone menacée par la montée des eaux.

Next Finance , 10 novembre

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News La Société ontarienne de financement de la croissance recherche des gérants de fonds

Afin de soutenir la création du Fonds d’actions pour le secteur des technologies propres (Ontario), la Société ontarienne de financement de la croissance (SOFC) a publié une demande de déclarations d’intérêt pour trouver des gérants de (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés