Décryptage du Salient Risk Parity Index

Salient Partners, société de gestion et de conseil américaine basée au Texas, gérant et conseillant près de 18milliards de dollars d’actifs, a crée plusieurs indices reposant sur l’approche Risk Parity. Décryptage de l’un d’entre eux, le Salient Risk Parity Index…

La technique du Risk Parity part du constat qu’un portefeuille équilibré en poids entre les actions et les obligations est en réalité très déséquilibré en termes de risque ; la volatilité des marchés actions étant généralement bien supérieure à celle des marchés obligataires.

Fort de cette analyse, les stratégies de Risk Parity ont pour but de rééquilibrer les risques d’un portefeuille en fonction de la volatilité historique de chaque classe d’actifs.

Le Salient Risk Parity Index repose sur ce principe, étant construit de manière quantitative, à partir d’un budget de risque, équi-réparti entre les quatre principes classes d’actifs suivantes : les actions, les matières premières, le taux et le crédit. Cet indice calculé sur une base quotidienne, fait l’objet de rééquilibrages mensuels et vise un niveau de volatilité de l’ordre de 10% par an.

La composition du portefeuille se fait exclusivement via 46 contrats à terme et 5 indices de Credit Default Swap (CDS) afin de procéder plus facilement aux éventuels réajustements d’allocation.

Compte tenu du principe d’équi-répartition du risque, chacune des quatre classes d’actifs se voit attribuée 25% du budget de risque global. Bien entendu, les sous-catégories des différentes classes d’actifs sont elles-mêmes équilibrées en risque.

Ainsi, pour le marché des actions, le risque est réparti de façon homogène entre les marchés américains, ceux des pays développés (hors Etats-Unis) et des pays émergents. Trois grandes familles, l’énergie, l’agriculture et les métaux sont établies sur les matières premières. Sur le crédit, le risque est réparti entre les indices High Yield et Investment Grade européens, les indices High Yield et et Investment Grade américains et l’indice de dettes des pays émergents. Enfin, sur les marchés de taux, le risque est équi-réparti entre six contrats à terme d’emprunts d’Etat à 10 ans pour les pays suivants : Etats-Unis, Canada, Allemagne, Royaume-Uni, Japon et Australie.

JPEG - 82.4 ko

Le portefeuille de l’indice Salient Risk Parity a pour objectif d’afficher une volatilité annualisée de 10%, soit un niveau similaire à celui réalisé, sur longue période, par un portefeuille classique constitué de 60% d’actions et 40% d’obligations.

Pourtant, la méthodologie utilisée par Salient Partners ne consiste pas à privilégier une classe d’actifs par rapport à une autre mais à veiller à ce que chacune d’entre elles contribue de manière équivalente au risque global du portefeuille.

Pour se faire, l’allocation est revue sur une base mensuelle. Le poids alloué à chacun des 51 marchés composant l’indice dépend des trois paramètres suivants : leurs rendements journaliers sur les deux dernières années, le niveau cible de volatilité pour le portefeuille et l’allocation stratégique en risque.

Le calcul de ces rendements permet d’estimer une contribution mensuelle à la variance pour chaque marché de l’indice mais aussi d’évaluer la valeur de la covariance entre chaque paire d’actifs du portefeuille. A partir de ces estimations, les poids de l’indice sont déterminés en minimisant la différence entre la contribution à la variance de chacun des actifs et leur objectif de contribution à la variance.

Bien entendu, le Salient Risk Parity Index repose sur l’hypothèse que la structure de risque relative entre actifs sera dans le futur très proche de celle d’aujourd’hui. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que la méthode utilisée est extrêmement dynamique ; le risque étant évalué en permanence et le portefeuille modifié en conséquence sur une base mensuelle.

Pour les investisseurs, au regard des performances historiques, le jeu pourrait en valoir la chandelle, ave un rendement ajusté du risque du Salient Risk Parity Index supérieur à un portefeuille classique. Ainsi, depuis la date de création de l’indice en 1990, sur une base annualisée, son ratio rendement/volatilité a été près de deux fois supérieur à celui d’un portefeuille standard composé de 60% d’actions et 40% d’obligations.

JPEG - 69 ko

RF , Décembre 2013

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Innovation CPR AM lance CPR Invest Global Disruptive Opportunities

CPR AM, centre d’expertise en actions thématiques pour le Groupe Amundi étoffe sa gamme de solutions d’investissement à thème en lançant CPR Invest - Global Disruptive Opportunities, compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois CPR (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés