›  Opinion 

D’après ETF Securities, les actions chinoises domestiques bénéficieraient des nouvelles mesures économiques de soutien

Pour ne pas créer un assèchement du marché du crédit, le gouvernement a, par exemple, autorisé ses gouvernements régionaux à émettre directement leurs propres obligations, ce qui devrait favoriser la transparence et le retour de la confiance des investisseurs…

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Au troisième trimestre 2014, la Chine a enregistré un net ralentissement de sa croissance économique. En effet, d’après le NBSC (« National Bureau of Statistics of China »), la progression du PIB chinois, entre juillet et septembre dernier (7,3%), est la plus faible depuis 2009 après une expansion de 7,5% au deuxième trimestre.

C’est donc bien loin des taux de croissance économiques dépassant largement le seuil des 10%, auquel le pays nous avait habitué pendant cette dernière décennie. Il est vrai que le rééquilibrage actuel de l’économie chinoise vers un modèle davantage tourné vers la demande intérieure plutôt que les exportations et l’investissement risque de prendre du temps.

Pourtant, le gouvernement chinois a décidé de prendre les choses en mains, notamment avec « la mise en place de davantage de stimulus économique » comme le rappelle une récente note de recherche publiée par ETF Securities.

Ainsi, depuis le mois d’octobre 2014, le seuil de taxation pour les petites entreprises a été relevé afin d’améliorer leurs marges. Les principales mesures de soutien du gouvernement se concentrent notamment sur le secteur financier, qui focalise l’attention des investisseurs étrangers, notamment à travers le système bancaire parallèle, appelé « shadow banking », par les spécialistes.

Pourtant, comme on peut l’observer sur ce graphique ci-dessous, depuis le début de l’année, le poids de ce « shadow banking » est en train de se réduire au profit d’émissions obligataires sur les marchés financiers. « Pour ne pas créer un assèchement du marché du crédit, le gouvernement a, par exemple, autorisé ses gouvernements régionaux à émettre directement leurs propres obligations, ce qui devrait favoriser la transparence et le retour de la confiance des investisseurs » indique l’étude de ETF Securities.

JPEG - 63.2 ko

Dans cette même logique, au mois d’octobre 2014, la Banque centrale de Chine (« People’s Bank Of China - PBOC ») a injecté 200 milliards de yuans dans les 20 plus grandes banques du pays, après une précédente injection (500 milliards de yuans) réalisée un mois plus tôt. Parallèlement, les autorités monétaires ont décidé de réduire progressivement les niveaux des taux d’intérêt à court terme.

Autant de mesures qui devraient permettre à Pékin d’atteindre son objectif de croissance de 7,5% pour cette année. D’ailleurs, la note de recherche publiée par ETF Securities rappelle que le PIB pour le 3ème trimestre a été meilleur qu’attendu par le consensus laissant ainsi augurer de solides perspectives économiques, avec les nouvelles mesures de stimulus décidées par le gouvernent ; ce qui devrait être bénéfique au marché des actions domestiques chinoises.

RF , Janvier 2015

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés