AVIVA Advertisement AVIVA

Cybersécurité : Quand l’actualité fait apparaître des opportunités d’investissement

Nous vivons dans un monde qui change. Nous avions des agendas de poche, nous utilisons aujourd’hui l’application calendrier de notre téléphone. Nous écrivions des lettres, nous communiquons aujourd’hui par appels vidéo, e-mails et SMS...

Les marques des entreprises de technologie sont entrées dans le langage courant sous la forme de verbes. « Je googlerai ça » ou « On skype demain ? » sont des phrases que l’on entend fréquemment dans les entreprises à travers le pays.

Cette dépendance accrue à l’égard de la technologie dans la gestion quotidienne de nos vies et de nos entreprises s’accompagne d’une plus grande vulnérabilité face aux cyberattaques. La sécurité physique est depuis longtemps considérée comme fondamentale. À présent, c’est au tour des dépenses de cybersécurité d’être vues comme vitales – et non plus seulement judicieuses – par les personnes privées, les entreprises et les gouvernements.

Cette évolution pourrait ouvrir des perspectives intéressantes aux investisseurs. Il existe des fonds dédiés aux technologies généraux bien établis. Toutefois, comme tous les grands secteurs d’activité ont aujourd’hui intégré les technologies grand public, les investisseurs cherchent à identifier de nouvelles opportunités de croissance sur le secteur des technologies dans son ensemble.

La cybercriminalité a dominé l’actualité au cours des dernières semaines et des derniers mois. De Sony à Talk Talk, des entreprises parmi les plus connues ont été touchées. L’attaque de Talk Talk a été très médiatisée et, suite à cet incident, la société a vu sa valeur perdre 669 millions de livres sterling dans les cinq jours suivant l’annonce du piratage.

Cet intérêt médiatique témoigne d’une prise de conscience grandissante de la portée et de l’impact du piratage informatique. Les cyberattaques représentent une menace permanente pour les finances et la réputation des gouvernements, des entreprises et des individus. La vulnérabilité face à la cybermenace ne fait que croître avec le développement des connexions numériques (données, systèmes et personnes).

Les dernières attaques sont venues rappeler à quel point la cybersécurité est indispensable pour se protéger contre cette menace permanente. En 2015, l’Office britannique des statistiques (Office of National Statistics) a, pour la première fois, intégré les chiffres de la cybercriminalité dans les statistiques nationales de la criminalité. Plus de 2,5 millions d’incidents de cybercriminalité ont ainsi été recensés en Angleterre et au pays de Galles l’année passée [i]. À l’échelle mondiale, le coût estimé de la cybercriminalité atteint 400 milliards USD. De nouvelles mesures préventives contre ce risque sont par conséquent indispensables.

Point positif, le secteur de la cybersécurité ne ménage pas ses efforts et se développe rapidement pour répondre à ces besoins croissants et durables. Un groupe dédié d’entreprises de cybersécurité défend le monde contre les cyberattaques. Les produits et services de ces sociétés sont très demandés, car les pouvoirs publics comme les entreprises renforcent leurs dépenses en matière de cybersécurité. Pour les investisseurs, ces entreprises spécialisées peuvent représenter des opportunités d’investissement porteuses.

Forte croissance sur le secteur de la cybersécurité

Les perspectives de croissance du secteur de la cybersécurité à l’échelle mondiale sont attrayantes pour les investisseurs. Depuis 2009, les incidents de cybersécurité recensés ont augmenté au taux de croissance annuel composé de 66 % [ii] en glissement annuel. Face à cette menace grandissante, la demande pour les services de protection proposés par les entreprises de cybersécurité devrait perdurer et croître pour lutter contre les attaques visant les personnes, les entreprises et les gouvernements.

Passé de 1 milliard USD à 5 milliards USD au cours des deux dernières années, le marché de la cyber-assurance – essentiellement américain pour l’instant – se développe et devrait connaître un essor spectaculaire à l’échelle mondiale au cours des cinq prochaines années [iii].

En parallèle, le marché de la sécurité mobile explose, stimulé par l’adoption massive des smartphones, tablettes et autres dispositifs mobiles par les consommateurs et les entreprises du monde entier [iv]. Il devrait enregistrer une croissance supérieure à 30 % d’ici à 2019.

Ces chiffres sont corroborés par les prévisions de croissance pour le secteur dans son ensemble. Selon des études récentes, le secteur mondial de la cybersécurité devrait afficher un taux équivalent annuel de croissance de 9,8 % et peser 170 milliards USD en 2020 [v].

Par ailleurs, le secteur des entreprises de cybersécurité apparaît de plus en plus comme propice aux fusions-acquisitions. Les sociétés de défense et de technologies diversifiées envisagent désormais de proposer des produits et services de cybersécurité. Comme il est souvent difficile de développer une nouvelle offre en interne, certaines entreprises préféreront peut-être acquérir des sociétés et technologies expérimentées.

Investir dans la lutte contre la cybercriminalité

À l’heure actuelle, deux possibilités s’offrent aux investisseurs intéressés par des placements sur le marché européen de la cybersécurité : réaliser des études et acheter directement les actions de sociétés cotées, ou plus simplement, investir dans un fonds indiciel coté (ETF).

Investir dans des actions individuelles permettra de cibler au maximum l’exposition, mais cette approche oblige les investisseurs à repérer les gagnants et les perdants sur un secteur loin d’être arrivé à maturité.

Les investisseurs privilégiant une exposition plus diversifiée et directe à des entreprises de cybersécurité devront consacrer un temps conséquent à analyser leurs actifs et leurs fonds (par le biais des coûts de transaction) afin de rééquilibrer régulièrement leurs investissements. Ce travail de réexamen et de rééquilibrage leur permettra de respecter leur objectif d’investissement global, à savoir avoir une exposition équilibrée et diversifiée aux entreprises de cybersécurité.

À l’inverse, les ETF conçus pour offrir une exposition équilibrée et diversifiée aux entreprises de cybersécurité intègrent un mécanisme de rééquilibrage qui permet aux investisseurs de bénéficier des performances d’un panier de sociétés spécialisées dans la cybersécurité sélectionnées par des professionnels en suivant une méthodologie fondée sur des règles. Ces entreprises sont diversifiées eu égard aux sous-secteurs, aux pays et à la capitalisation boursière.

Les ETF se négocient en bourse, les investisseurs peuvent par conséquent réaliser des transactions sur ces produits aussi facilement qu’avec des actions, sans avoir à rééquilibrer régulièrement leurs actifs (parallèlement aux coûts de transaction afférents).

Sachant que les ETF sont généralement utilisés comme des composants dans la constitution d’un portefeuille de placements, un ETF axé cybersécurité, avec sa simplicité et sa flexibilité relatives, peut être un instrument d’investissement complet pour les investisseurs cherchant à tirer profit de la croissance attendue sur ce sous-secteur.

La cybersécurité devrait continuer à faire les gros titres et à représenter une part non négligeable des budgets des entreprises et des pouvoirs publics à l’avenir. Le gouvernement britannique s’est ainsi récemment engagé à investir 1,9 milliard GBP dans la cybersécurité, une annonce qui confirme, s’il le fallait, le niveau soutenu de la demande sur le marché. Cette tendance durable pourrait présenter des perspectives intéressantes pour les investisseurs en quête de belles opportunités de croissance dans leur portefeuille de placements.

Howie Li , Décembre 2015

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie L’ircantec met le cap sur les investissements verts

A l’occasion de la présentation de son dernier rapport d’activité, l’Ircantec a donné des détails sur son portefeuille de réserves évalué à 9,8 milliards d’euros à fin décembre 2016. Elle y a aussi démontré que l’investissement responsable faisait désormais partie de son (...)

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés