Catalogne : Les investisseurs ne devraient pas craindre une situation de rupture

« Les investisseurs ne doivent pas craindre une rupture imminente en Espagne : si les séparatistes de Catalogne ont pris le contrôle du parlement régional, ils n’ont pas obtenu plus de 50% du vote populaire », commente Léon Cornelissen, économiste en chef de Robeco.

  • L’élection régionale a été perçue comme un référendum sur l’indépendance ;
  • Les sécessionnistes ont pris le contrôle de l’Assemblée, mais n’ont pas le soutien du vote populaire ;
  • Les marchés ont bien accueilli ce résultat et attendent les élections nationales de décembre.

Les élections régionales ont été traitées comme un référendum sur l’indépendance de la Catalogne puisque le gouvernement espagnol a refusé un accord ‘à l’écossaise’, déclarant que cela violait la Constitution. Les partis sécessionnistes, ensemble, ont remporté 72 sièges sur les 135 membres que compte l’Assemblée catalane, mais ont seulement recueilli 48% des suffrages exprimés.

Les marchés financiers ont tout intégré dans la foulée : l’indice de référence obligataire espagnol a légèrement augmenté en valeur car les investisseurs ont perçu ce résultat comme une bonne nouvelle à court terme, tandis que les actions espagnoles ont à peine bougé.

La Catalogne est importante car elle représente 19% du PIB espagnol. Il s’agit de la région la plus riche et la plus importante d’Espagne. Les élections ont été amenées comme un référendum sur l’indépendance de la Catalogne et elles ont été interprétées comme tel par l’électorat.

Cependant, malgré un taux de participation record, le vote populaire pour l’indépendance a été inférieur à 50%, même si les partis pro-sécessionnistes ont remporté une majorité de sièges. Le chef de Junts pel Sí (« Ensemble pour le Oui »), le principal parti sécessionniste, a déclaré vouloir démarrer un plan à 18 mois pour l’indépendance. Selon lui, la majorité obtenue en termes de sièges prouve que le parti à un mandat, mais l’absence d’une majorité claire dans le vote populaire fait que ce supposé mandat semble un peu tiré par les cheveux.

«  Je dirais donc que les chances d’une sécession à court terme sont très faibles et, fondamentalement, ce sont des nouvelles positives pour les investisseurs. Le gouvernement espagnol doit maintenant faire des concessions majeures aux Catalans afin de les garder au sein de l’Espagne, mais cette question sera traitée par le prochain gouvernement, après les élections nationales espagnoles de décembre, » commente Léon Cornelissen.

Des négociations difficiles

La situation est similaire à celle de l’Ecosse où, en septembre 2014, le mouvement séparatiste a perdu le référendum officiel portant sur la question de quitter le Royaume-Uni. Cependant, il a contraint le gouvernement britannique à transférer beaucoup plus de pouvoirs au Parlement écossais, contrôlé par les nationalistes. « Des négociations tout aussi difficiles les attendent » déclare Léon Cornelissen.

Selon l’économiste, il était important que le parti anti-indépendantiste Ciudadanos (« citoyens ») soit arrivé deuxième alors que le parti de gauche Podemos (« Yes We Can ») a obtenu un mauvais résultat, voyant sa part de vote chuter d’un 20% virtuel dans les sondages d’il y a quelques mois à un factuel 8%.

Podemos représente la frange anti-establishment. Vous pourriez donc dire que ce sont de bonnes nouvelles pour les prochaines élections nationales. Ciudadanos est un nouveau parti d’opposition centriste, né de façon assez intéressante en Catalogne. Donc, l’opposition constructive se fait exceptionnellement bien et elle est de bon augure pour l’élection nationale de décembre.

Le mouvement d’indépendance émerge de Catalogne parce que la région est économiquement puissante. Elle a sa propre langue et culture distinctive, et s’est opposée à Franco pendant la guerre civile. « Il y a une claire différence linguistique et culturelle avec le reste de l’Espagne, et le gouvernement espagnol a été très centriste. Aussi, d’une certaine manière, le mouvement d’indépendance est compréhensible, » déclare M. Cornelissen.

Mais l’Espagne est essentiellement un regroupement de régions et de provinces, de sorte que si vous donnez libre cours à la Catalogne, vous ouvrez une boîte de Pandore pour d’autres régions telles que le pays basque. Le gouvernement espagnol a toujours été très strictement contre les tendances séparatistes, des plus fortes en Catalogne. La région a été du côté du gouvernement pendant la guerre civile. Quand Franco a gagné il impitoyablement réprimé les mouvements séparatistes. "

Une puissance industrielle

Selon Léon Cornelissen, «  la Catalogne et sa capitale, Barcelone, la deuxième plus grande ville d’Espagne, représentent également une puissance économique suffisante pour être en mesure de potentiellement survivre comme un Etat indépendant. Le fait que la Catalogne a toujours été la région la plus riche et la plus industrialisée complique la situation. Elle représente près d’un cinquième du PIB espagnol. » Dans la région, trop personnes se plaignent de devoir supporter le coût des subventions versées aux régions les plus pauvres d’Espagne, telles que l’Andalousie, certaines personnes considèrent la Catalogne comme la vraie Espagne.

Cependant, de nombreuses entités aussi puissantes s’opposent à l’indépendance. Beaucoup d’entreprises ont menacé de quitter la Catalogne si la région devenait indépendante, et le gouvernement central a prévenu juste avant les élections qu’il ne pourrait pas soutenir les banques catalanes après l’indépendance.

Une Catalogne indépendante ne serait pas un membre de l’OTAN ou de l’Union Européenne, de sorte qu’elle aurait à demander son adhésion et à s’asseoir dans la salle d’attente avec la Serbie, même si, bien sûr, elle serait traitée de façon pragmatique puisqu’il n’est clairement pas dans l’intérêt de l’OTAN ou de l’UE de la faire partir.

La question juridique qui empêche la séparation doit également être surmontée. « La Constitution espagnole ne permet pas la sécession, mais en vertu du droit international, cette situation est ambigüe. Vous pourriez rétorquer que la souveraineté des peuples ne peut être entravée, » déclare Léon Cornelissen. « Nous ne pensons pas que la sécession soit probable à court terme, mais ces blessures vont continuer à se gangréner. »

Obtenir 48% des voix est assez impressionnant. La situation peut encore dégénérer en un divorce difficile et, compte tenu du niveau élevé de la dette en Espagne, ce n’est pas ce que souhaitent les investisseurs.

Léon Cornelissen , Septembre 2015

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2017 - Tous droits réservés